Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > The Reason for Dragons

The Reason for Dragons

samedi 23 novembre 2013, par Mathieu Doublet

(Archaia / Chris Northrop, Julia Fung, Josh Trujillo, Mark Ashmore & Tom Pinchuk / Jeff Stokely, Kevin Castaniero, Zoe Chevat, Ben Bishop, Michael Dialynas & Zack Turner)

Wendell est un adolescent du style plutôt discret ce qui en fait, selon la logique américaine, une tête à claques et celui qu’on va enquiquiner au moindre prétexte, surtout quand on est grand, musclé et en surnombre. C’est lors d’une de ses malheureuses rencontres que Wendell fait preuve, disons, de courage. Il accepte d’aller sur le terrain de l’ancienne fête foraine où s’est déclaré un incendie. Sachant qu’il
y a eu des morts, l’endroit est forcément hanté. L’objectif de Wendell est simple : prendre un prospectus de la fête foraine et revenir. Sauf qu’au moment de prendre la dite publicité, il se retrouve en face d’un chevalier, costume et épée d’époque, prétendant défendre le village du roi comme il l’a fait jadis en combattant le dragon. Tout le monde sait pertinemment que la fête foraine a été détruite suite à un incendie. Du coup, Wendell se demande quelle attitude garder, sachant que l’homme devant qui il est peut très bien être un fou furieux. Mais pour un adolescent qui vit dans le souvenir de son père décédé, un peu de magie ne lui ferait pas de mal.

The Reasons for Dragons est la nouvelle bande dessinée publiée par Archaia qui prend un soin tout particulier dans ses bouquins, mélangeant le format comics à une couverture cartonnée rappelant la BD franco-belge. Dès l’ouverture, on a droit d’ailleurs à un encart à découper. Vous pouvez y dessiner votre dragon et l’envoyer à Sir Habersham lui-même. Arrive ensuite la bande dessinée en elle-même qui est assez classique. On est dans le récit initiatique avec un jeune homme qui va devoir affronter le réel et prouver qu’il est bien plus fort que ce qu’il pense avec un personnage modèle tout cassé lui aussi qui aura sa propre quête. Chris Northrop mène son récit assez calmement un tiers introduction, un tiers développement problème, un tiers résolution plus épilogue. Emballé, c’est pesé. Dans cette histoire standard de chez standard, c’est la partie du milieu qui est un poil décevante car il n’y a grosso modo qu’un seul moment dramatique. Un peu maigre pour un récit présenté comme épique avec une couverture très forte. Pour le reste, les personnages sont bien présentés et assez subtils et la conclusion est de celle qui relève n’importe quelle histoire pour le message qu’elle véhicule.

Aux dessins, si le destin n’avait pas tout bouleversé, on aurait certainement eu droit au génial Sean Murphy (enfin je pense que c’est bien l’auteur de Punk Rock Jesus et pas un homonyme, les personnages portant sa patte - notamment dans la première apparition du père adoptif de Wendell). C’est finalement Jeff Stokely qui accompagne Northrop dans son aventure. L’artiste mêle le design de Murphy avec un trait plus facile d’accès, plus rond et plus orienté récit pour la jeunesse. Ce qui n’enlève absolument rien à la qualité des planches. Il y a du dynamisme, du détail, des visages qui nous font bien comprendre et partager ce que ressentent les personnages. Comme ces derniers sont bien écrits, l’effet est très efficace.

The Reason for Dragons est donc une jolie histoire qui n’aurait peut-être pas dû être étalée sur 80 pages. Mais comme pour apporter un plus, Archaia a ajouté cinq récits courts dont les trois premiers permettent de développer un peu plus le personnage du beau-père. La plupart des récit est humoristique et prolonge la sympathie que l’on peut avoir pour le récit principal. Ajoutez à cela quelques illustrations par Yehudi Mercado, Zoe Chevat, Tom Brown, Jon Rea et Marvin Mann et vous voilà arrivés à la fin du livre. Je ne regrette absolument pas d’avoir acquis The Reason for Dragons malgré tout ce que j’en attendais mais je ne peux que vous conseiller de le feuilleter avant de l’acheter sachant que vous pourriez avoir un sentiment de trop peu. Archaia le classe pour les 12 ans et plus à cause d’un peu de violence, je trouve que c’est poil excessif et qu’il est lisible à partir de 9-10 ans.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :