Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Dark Horse > The Deep Sea

The Deep Sea

dimanche 6 octobre 2013, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Justin Gray & Jimmy Palmiotti / Tony Akins)

Paul Barry a ce que l’on pourrait appeler "la belle vie". Assis dans une petite maison au soleil, dans un fauteuil confortable à siroter
de la limonade, le vieil homme est abordé par une jolie blonde qui l’embarque dans un hélicoptère privé. Pourtant, l’octogénaire a eu longtemps
l’esprit occupé. Et cette préoccupation pourrait bien enfin se terminer maintenant. Car l’expédition en hélicoptère va le transporter en pleine mer,
là où il a perdu tous ses amis. Il faut dire que cinquante ans avant, Paul Barry était accompagné de sa petite amie et d’autres collègues scientifiques
afin d’explorer les profondeurs. Malheureusement, un bête accident où il se tord la cheville l’empêche de monter dans l’engin avec les autres. Est-ce une
bonne ou une mauvaise nouvelle ? Bonne question, puisque l’engin a rapidement un souci et, entraîné vers le fond, il est abandonné alors que le bateau s’y
rattachant menace de sombrer lui aussi. Voilà pourquoi Paul Barry est ému : ce qu’il va chercher, c’est l’épave enfin retrouvée de son ancien accident et donc
le souvenir de sa bien-aimée. Ce qu’il ne va pas comprendre, c’est pourquoi à l’intérieur de l’épave, il va retrouver tout le monde bel et bien vivant et n’ayant pas
vieilli d’un jour.

The Deep Sea est la nouvelle création du duo de scénaristes Jimmy Palmiotti et Justin Gray qui ne passent pas cette fois-ci par la plateforme Kickstarter
(où ils ont déjà lancé Retrovirus, Sex & Violence ou encore Weapon of God). A la place, leur récit est publié dans la série de prépublication
Dark Horse Presents dans deux numéros. Au programme, le même cocktail que les scénaristes maîtrise à la perfection : des personnages attachants et bien écrits avec
une histoire qui tape dans le récit de genre. Du fantastique bien sûr avec ces personnages qui n’ont pas vieilli mais aussi du combat de monstres géants puisque
bien rapidement les héros vont se rendre compte qu’ils ne sont pas remontés tout seuls. Au bout de 24 pages, on aura eu droit à pas mal d’action, d’explosions et de catastrophe et surtout ... à un récit incomplet. Après avoir posé la question à Jimmy Palmiotti, il se trouve que Tony Akins avait d’autres travaux à réaliser avant
de pouvoir terminer The Deep Sea. Dommage parce que cette bande dessinée a tout de même été publiée comme un one-shot par Dark Horse alors qu’ils auraient pu attendre que
le récit soit totalement réalisé.

Tony Akins, vous le connaissez bien si vous venez ici régulièrement, puisqu’il s’agit de l’artiste ayant réalisé la majeure partie des planches de Jack of Fables. Autant dire
qu’il s’agit là d’un artiste accompli et The Deep Sea vous le prouvera complètement, Akins étant à mille lieues des personnages fabuleux. Tout y est superbe, aussi bien les personnages
que les monstres marins, aussi bien les scènes de discussion que d’autres plus spectaculaires.

Il est vraiment dommage qu’un tel projet n’ait pas vu le jour une fois terminé. Gray et Palmiotti avaient avec eux un artiste à mon avis plus doué que leurs précédents
collaborateurs sur des projets en creator-owned. J’espère que Dark Horse aura suffisamment d’honnêteté pour publier la suite de The Deep Sea avec un deuxième numéro. Espérons aussi
que Tony Akins soit rapidement libre pour finaliser le projet. Il serait dommage qu’un autre artiste soit employé pour conclure cette histoire.