Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > The Manhattan Projects #6-10

The Manhattan Projects #6-10

mercredi 2 octobre 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Jonathan Hickman / Nick Pitarra & Ryan Browne)

Des extra-terrestres, c’est bien. Quand ils sont vivants, c’est encore mieux. De quoi négocier et éventuellement
coopérer. Alors que l’incident Roswell permet aux Américains de commencer le projet de conquête spatiale, cette nouvelle
rencontre pourrait leur apporter bien des avantages. A condition bien sûr que les aliens soient pacifiques. Et si les Américains
ont déjà commencé leur travaux, il en est bien entendu de même pour le bloc soviétique qui entend bien ne pas se laisser distancer.
Devant une menace commune, peut-être que les frères ennemis vont être obligés de faire cause commune en se gardant bien la moindre
opportunité de trahir son allié.

Il faut dire que les personnages de la série de Jonathan Hickman sont complètement à la ramasse et surtout sans aucun scrupule. Si certains sont des esclaves
de la science et que leur seul but est d’aller plus loin dans la découverte scientifique, d’autres sont des psychopathes anthropophages ou bien des fous de guerre
qui prétendent garder la paix à tout prix. Le scénariste va se faire un plaisir de montrer non seulement que les Soviétiques ont grosso modo le même
genre de bonhommes avec par exemple le destin très humour noir d’un pauvre scientifique nazi. Et si les fous des MP sont complètement fêlés, comment
dénommer le président Harry Truman, franc-maçon, ridicule dans des habits de cérémonie, toujours présent à la moindre orgie ? En tout cas, Hickman développe
son intrigue par un autre arc très important dans la parfaite continuité du premier volume avec toujours le développement de certains points d’intrigue comme
la porte d’Einstein et le pauvre Richard Feynman, semblant être le seul candide dans toute cette affaire. Mais gageons qu’Hickman a aussi des plans pour ce scientifique
légèrement refoulé.

Nick Pitarra continue dans sa lancée et signe des planches qui vont saigner et pas qu’un peu. C’est du gore dans l’ensemble très grand-guignolesque avec de la surenchère
dès que Leslie Groves ou Wernher Von Braun sont mis en scène. Comme toujours les cases sont bourrées de détails aussi bien dans les décors, que la multitude de personnages
ou encore les visages des protagonistes. Est-ce joli ? C’est une autre question. Pitarra a un style et celui-ci colle très bien au côté décapant de l’histoire. Tout comme Ryan
Browne qui signe le numéro 10 avec un one-shot complètement hallucinant sur le père Oppenheimer qui bénéfice des couleurs de Jordie Bellaire bien inspiré.

Avec ce deuxième volume, Hickman montre qu’il a encore pas mal d’idées sous le coude. Il y a de la shock value dans chaque numéro mais comme ces scènes violentes sont accompagnées
d’une certaine forme d’humour, elle passe bien mieux. Car malgré ses psychopathes de personnages, on ne peut pas prendre The Manhattan Projects comme un titre grim’n’gritty. C’est
du délire à l’état pur et Hickman s’en donne à coeur joie.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :