Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Mudman #1-5

Mudman #1-5

mercredi 24 juillet 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Paul Grist)

Ah la fin des vacances ! La tentation de garder ce sentiment de liberté jusqu’au bout avant de reprendre l’école, même si
c’est pour visiter une maison vraisemblablement hantée, ou faire des blagues en changeant les panneaux de localisation de la ville ...
C’est exactement ce que pense Owen Craig et son pote Jack Newton qui essaient tant bien que mal de s’amuser à Burnbridge-On-Sea.
Mais la maison d’un vieux fou disparu mystérieusement, inhabitée depuis longtemps, est en réalité occupée. Mais ça n’est pas la première
découverte d’Owen qui trouve dans le grenier, une espèce de Batcave avec un costume de super-héros. Au réveil, si le jeune garçon pense
que tout cela n’était qu’un rêve, il doit se rendre compte qu’il a changé : en effet, au simple contact de l’eau, ses mains se transforment en
boue. Chaque super-héros a un pouvoir, celui d’Owen est d’être constitué de boue. Ca n’est pas très glamour mais ce fils de policier va devoir
faire avec, d’autant que de mystérieux personnages apparaissent de plus en plus souvent dans la petite bourgade.

Paul Grist (Kane , Jack Staff) ouvre son comic-book avec une profession de foi sur son amour de la bande dessinée. De la bande dessinée dans
sa forme la plus ancestrale (ou presque) : 32 pages de papier plié coupé et agrafées. Ainsi à la fin de chaque numéro, il y aura un petit bonus
qui ne sera pas repris dans les recueils. Des bonus uniquement pour les amoureux des comics (Matt Kindt reprendra l’idée dans Mind MGMT). Alors si
dans la forme, on voit bien ce qu’apporte l’auteur, il faut aussi dire que cet amour classique de la bande dessinée de super-héros se retrouve dans
le fond. Un adolescent qui va encore à l’école (le lycée pour être plus précis), une étrange demeure et un costume de super-héros, des pouvoirs, des
alliés, des ennemis, un mentor (peut-être), une famille à qui cacher tout ce bazar : voilà tous les éléments d’un récit classique.
Ceci étant, malgré son titre et les pouvoirs d’Owen, il y a une certaine fraîcheur dans Mudman. C’est toute la force de narration de Grist qui s’occupe
autant du côté super-héroïque que du côté quotidien de son héros des heures de colle à la fille de ses rêves. Tout cela avec une ambiance toujours très légèrement
tendue puisqu’Owen aura à confronter des vilains et des brigands à chaque numéro.

Concernant les illustrations, c’est du Grist tout ce qu’il y a d’habituel mais avec une colorisation de Bill Crabtree cette fois-ci, contrairement au noir & blanc
de ses deux titres précédents. La mise en scène fait que les comics se lisent très rapidement, il y a juste ce qu’il faut de texte pour donner les infos nécessaires
et donner du contenu à l’histoire. Pour le reste, de grandes cases qui s’enchaînent à toute vitesse et qui se lisent avec bonheur. Il y a du détail dans le travail de
Grist mais ça n’est pas ce qui frappe le regard de prime abord. Les grands aplats de noir permettent à l’artiste de donner de la profondeur à ses cases sans trop se concentrer
sur les décors. La colorisation joue un peu le même rôle et tout ça permet une lecture simple de la bande dessinée. Ceci étant, et c’est encore la grande force de l’auteur,
il y a toujours des passages d’une extrême puissance et une mise en page très maline. D’ailleurs, de numéro en numéro, il reprendra des éléments des comics précédents afin de
permettre au lecteur de construire la mythologie du héros avec un peu d’avance sur celui-ci.

Au final, malgré la rapidité à lire ces comics, je ne peux que vous conseiller cette très bonne série de super-héros qui n’est pas sans rappeler Invincible pour sa faculté à
reprendre les comics dans ce qu’ils avaient de fun à leurs débuts. Avec un climat plus orienté comédie (du moins pour l’instant) et plus terre à terre bien sûr.

Mon avis mon enthousiaste à la lecture du premier numéro.


Pour acheter ce livre : (même si c’est mieux en mensuel ;) )

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :