Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > The Elephant Book One

The Elephant Book One

mardi 16 juillet 2013, par Mathieu Doublet

(M. Alice Le Grow)

Un homme et une femme se réveillent dans une maison autour d’un lit. Forcément, ils se demandent s’ils n’ont pas fait une erreur la veille
mais ont finalement un plus gros souci : ils ne se souviennent pas de leur propre identité. Et puis voilà que la chambre d’hôtel dans laquelle
ils se trouvent se voit martyrisée par un homme étrange qui fracasse la porte et leur lance une seringue. Après une échappée de justesse, ils
trouvent enfin un indice : deux tickets de train et une clé ainsi qu’un message. Récupérer un paquet, retrouver un certain J. Felician, voilà
qui ne devrait pas être compliqué. A moins que les hommes qui les pourchassent ne les retrouvent ...

Ca commence comme un thriller humoristique avec un couple de personnages qui n’arrive pas forcément à se supporter facilement. Et puis, plus ça va,
plus l’histoire s’amuse avec de forts rebondissements, franchissant les limites du n’importe quoi. M. Alice LeGrow (Bizenghast chez Tokyopop) ne reste pas
longtemps dans le thème du thriller même si toutes les conditions sont réunies pour le faire. Il faut dire qu’avec des personnages qui se chamaillent à longueur
de pages, on est dans un registre humoristique assez proche de ce que l’on peut trouver dans un manga. Une inspiration dont l’auteure ne se cache pas puisqu’assez
rapidement, les personnages vont se retrouver avec un animal parlant, plutôt kawai et aussi raisonnable que les autres personnages sont perdus. C’est dire.
Par la suite, le bouquin va forcément révéler le fond du mystère et celui-ci est plutôt bien trouvé, garde toute une partie de mystère se rapprochant sans trop spoiler d’un
récit comme Fables. Au rayon des bonnes idées, j’ai beaucoup aimé le principe des deux factions adverses qui devrait permettre pas mal de rebondissements.
Tout s’emballe, tout s’enchaîne et je me suis retrouvé à la fin du bouquin avec une seule envie : lire la suite. Sauf que, projet Kickstarter oblige,
il faudra attendre que l’artiste ait eu le temps de récupérer (un projet Kickstarter qui se goupille mal, ça peut être véritablement épuisant) et de réaliser la suite
de son récit.

Tokyopop, des ambiances mangas, forcément, le style, vous le voyez à peu près. Si l’inspiration est claire pour les protagonistes mâles ou bien l’animal parlant, c’est déjà moins le cas
pour les femmes dont l’héroïne qui a un style et un charme très particulier. On retrouve un très joli travail de trame qui permettent de donner des fonds et des décors satisfaisants d’autant que
les décors sont souvent suffisamment détaillés. La mise en page suit forcément les règles du genre et on a donc droit à de grandes cases (5 par page au maximum) qui privilégie l’action. Du coup,
même après 200 pages, on a avancé dans l’intrigue mais pas autant que dans un comic-book classique.

Au final, The Elephant Book est une bande dessinée rafraîchissante avec de l’action, de l’humour, des personnages sympathiques et une idée de base intéressante (même si, comme je
le disais, certains concepts sont assez proches de séries comme Fables ou The Unwritten). De mon côté, après avoir participé au financement de ce premier volume, je suis partant pour
financer aussi la suite.


Pour acheter ce livre :

Vous pouvez aller sur la boutique Etsy de l’auteure où le bouquin n’est pas très cher.