Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Image Comics > Hip Flask / Elephantmen > Elephantmen Volume 5 : Devilish Fucntions

Elephantmen Volume 5 : Devilish Fucntions

mardi 4 juin 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Richard Starkings / Axel Medellin & Shaky Kane)

Ce recueil contient les épisodes :
- Elephantmen : Man & Elephantman #1
- Elephantmen #31-33 et #36-39


Et si Hyeronimous ’Hip’ Flask n’était plus un rhinocéros mais un humain non-trafiqué par les soins de Mappo et du docteur Nikkei ? Est-ce que sa vie avec Miki serait plus simple ? Aurait-il plus ou moins de sympathie pour les anciennes créatures de combat ? Est-ce que ses sentiments pour Sahara changeraient ? C’est bien toute les questions auxquelles Hip doit faire face en prenant sous contrôle de ses camarades policiers la substance hallucinogène appelée Mirror, supposée vous donner un sentiment de bien-être, de surpuissance, de désirs assouvis ... Une affaire à suivre de plus pour la police de Mystery City qui doit pourchasser deux assassins d’Elephantmen. Le premier les abat d’une balle dans la tête et les fait couler au fond du fleuve tandis que le deuxième, plus lié à la drogue Mirror, se charge de les abattre pour prendre leur ivoire. Serenghetti le trafiquant toute marchandise doit être de la partie, mais pour l’instant, les flics ne peuvent pas l’accuser de quoi que ce soit.

Bon allons-y franchement : ça n’avance pas. Toujours pas, si ce n’est pour les épisodes 36-39 qui forment l’arc "Killing Season" avec un troisième assassin d’Elephantmen. Il faut dire que Richard Starkings prend un soin particulier à faire de chaque épisode d’Elephantmen un épisode que n’importe quel lecteur pourrait comprendre qu’il suive la série ou que ce soit son tout premier numéro. Du coup, l’ouverture de ce recueil nous donne une fois de plus à lire le calvaire des Elephantmen. Oui, c’est raconté en quatre pages mais comme les flash-backs des animaux seront encore présents tout au long du bouquin, les lecteurs fidèles de la série pourront peut-être faire une overdose. Starkings va aussi se faire plaisir : en écrivant un épisode d’heroic-fantasy (où Ebony prendra du Mirror), en racontant la même journée deux fois (du point de vue d’Hip ou de celui de Miki) ou en mettant en scène un chirurgien fou (avec un parfum à la Quatrième Dimension). C’est sympa, ça a plus ou moins d’importance (les épisodes d’Ebony et du chirurgien sont liés à l’intrigue centrale), mais ça ne fait pas avancer le schmilblick. Starkings apportera cependant pas mal de questions supplémentaires : celui de la procréation entre humains et Elephantmen sera certainement le plus central (avec des couples comme Hip & Miki ou bien Savannah & Obediah) et aura forcément son importance par la suite. Je suis plus dubitatif sur le problème religieux, j’ignore jusqu’où cette parenthèse bouddhiste ira mais pour l’instant, j’ai trouvé ça assez brumeux et Savannah n’a normalement pas besoin d’une telle caution pour prendre des décisions qu’elle a en tête depuis longtemps.

Elephantmen est un joli bouquin et pour huit épisodes de bande dessinée a toujours des allures pachydermiques avec un papier épais de belle qualité. Et sur les pages, c’est tout aussi joli. Axel Medellin est devenu le dessinateur attitré de la série : il fournit tout son talent au service des Elephantmen, de leurs petites amies forcément canons et de scènes de rare violence, souvent assez gores. En matière de gore craspec, Shaky Kane n’est pas le premier venu et le dessinateur de Bulletproof Coffin est parfaitement à son aise avec le récit du chirurgien obsédé et décadent. L’épisode est une rupture brutale avec le reste du bouquin visuellement mais le récit tout en voix-off garde son intégrité dans le récit global.

Au final, c’est toujours aussi bien mais c’est toujours aussi long et frustrant. Les épisodes 34 et 35 qui semblent manquer sont en réalité contenus dans le recueil Armed Forces. Ils ont autant de place dans ce volume que dans le volume 0, le tout étant extrêmement lié à toute l’époque War Toys. Espérons qu’avec cette importante part de l’histoire des Elephantmen qui se conclut, Starkings pourra passer à autre chose. A 35$ le volume en hardcover, il faut vraiment être fan pour suivre la série, se rabattre sur la version souple ou bien trouver son bonheur dans les boutiques en ligne qui cassent les prix.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0