Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > IDW > Love & Capes Vol.1

Love & Capes Vol.1

dimanche 5 mai 2013, par Mathieu Doublet

(IDW / Thom Zahler)

Ce recueil contient les six premiers numéros de la série.


Mark est un comptable qui a rencontré Abby, une jeune libraire indépendante. Et puis, le jour où elle apporte une boîte à chaussures pleine de tickets de caisse, c’est le coup de foudre. Les deux se rencontrent
de plus en plus souvent et se plaisent. Jusqu’au jour où ils doivent bien s’avouer que c’est l’amour qui les lient l’un à l’autre. Mais pour Mark, les choses sont un peu plus compliquées. Car derrière les lunettes et l’air sérieux, se cache en réalité The Crusader, le super-héros local de Deco City. Et si Mark veut être honnête avec celle qu’il aime, il faut bien qu’il lui avoue sa double identité.

Bon, vous avez compris, Mark et Abby, ce sont Clark et Lois, sauf que bien entendu, Thom Zahler ne va pas s’amuser à raconter son histoire avec les personnages de DC Comics. A la place, il les décalque, les modifie légèrement pour que ce ne soit pas du plagiat pur et simple et développe une petite galerie de personnages secondaires plus ou moins pompés (les équivalents de Batman, Wonder Woman, Ma & Pa Kent, Green Lantern, Captain Marvel, Doctor Strange et Spider-Man mais aussi la soeur d’Abby). Et comme son but est de créer une comédie romantique amusante dont le ressort principal n’est pas celui de la parodie, il envisage des questions comme "Qu’est-ce que The Crusader pourrait offrir à Abby ?", "Comment Abby peut-elle supporter que The Crusader ait eu une aventure durable avec Amazonia ?" ou encore "The Crusader est jaloux de Arachnerd ou bien Major Might. Comment un personnage si parfait peut-il gérer cette jalousie ?". Bref, des question que n’importe quel groupe de lecteurs de comics a pu se poser pour rigoler pendant les débats qui arrivent souvent dans ces cas-là. Et Zahler en tire une comédie qui démarre d’abord sur des gags d’une page avant de prendre plus d’ampleur et de se dérouler sur un numéro entier. Le fait d’avoir un gag par page quasiment garanti est finalement une bonne idée qui donne du peps à une série qui ne va pas se vautrer dans la surprise. Ceci étant, il y a de bonnes idées, des surprises qui n’en sont pas vraiment mais qui font sourire.

Et tout ça avec un graphisme soigné, à la fois inspiré par les comic-strips et aussi par la vague de dessins animés gérés par Bruce Timm. Le tout fonctionne très très bien avec des personnages aux proportions forcément légèrement déformées mais qui fonctionnent parfaitement dans le genre de comédie légère auquel appartient Love & Capes. La colorisation est simple mais efficace et les décors sont bel et bien présents avec tout ce qu’il faut pour ne jamais avoir l’impression d’avoir à faire à une case vide.

Ce premier volume de Love & Capes respire donc la fraîcheur de la comédie romantique et humoristique. Si vous vous souvenez de la série télévisée "Lois & Clark", c’est grosso modo le même credo sauf que c’est réussi et que l’humour fonctionne encore mieux avec des personnages qui ne sont pas exactement ceux que l’on connaît. Une belle réussite dans un exercice souvent pratiqué.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :