Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > DC Comics : The Sequential Art of Amanda Conner

DC Comics : The Sequential Art of Amanda Conner

dimanche 21 avril 2013, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Barbara Kesel, Chuck Dixon, Jai Nitz, Terry Moore, Patton Oswalt, Geoff Johns, Mark Waid, Justin Gray, Jimmy Palmiotti, Judd Winick & Amanda Conner / Amanda Conner bien sûr)

Ce recueil contient :
- Superman : Lois Lane #1
- Secret Origins 80-page Giant #1 (extrait)
- Joker Last Laugh Secret Files & Origins #1 (extrait)
- Birds of Prey #47-49
- Masks : Too Hot for TV #1 (extrait)
- JSA Classified #1-4
- Legion of Super Heroes #13-14 (extrait - courrier des lecteurs)
- Supergirl #12 (2006)
- Green Arrow / Black Canary Wedding Special #1
- Ame-Comi Girls Featuring Wonder Woman #1
- Wonder Woman #600 (extrait)

Alors qu’IDW lançait son recueil totalement consacré aux illustrations, DC a bien entendu publié son propre livre sur l’une des ses artistes préférées : Amanda Conner. Cela tombe bien, Conner est depuis assez
longtemps liée à la maison de Batman & Superman et a même très récemment terminé l’une des mini-séries estampillées Before Watchmen (Silk Spectre pour être précis). Autant dire que dès que Conner dessine des planches de comics, c’est pour la Distinguée Concurrence comme on l’appelle en face. Pour les travaux de couvertures, l’artiste est moins spécialisée et on pourra la trouver aussi bien chez Marvel que chez Image ou autre label indépendant.

Au programme de ce Sequential Art, quasiment tout ce qu’Amanda Conner a pu produire en matière de bande dessinée pour l’éditeur : cela va du mini-récit (2 pages) ou encore du courrier des lecteurs jusqu’à la mini-série complète (JSA Classified qui redéfinit le personnage de Power Girl). Du coup, on peut se demander pourquoi certaines choses n’y sont pas (un récit extrait de Team Superman Secret Files appelé Buzz & Linda, scénarisé par Peter David, avec qui Conner a déjà bossé, sur Soulsearchers & Company ou ses participations à des séries comme Codename Knockout, Mad ou Looney Tunes). OK pour Codename Knockout, c’est du Vertigo un peu corsé donc pas tout public. Pour le reste, DC possède les licences de Mad et Looney Tunes par le biais de Time Warner et aurait pu compléter le travail d’Amanda Conner en ne la limitant pas simplement à son travail super-héroïque. Plus compréhensible par contre, de ne pas trouver Two-Step (Wildstorm), Power Girl, Terra ou encore Wednesday Comics puisque ces séries bénéficient d’un recueil. JSA Classified aussi, c’est vrai mais comme Power Girl est en couverture du bouquin - une paire de seins fera toujours vendre - il fallait bien en mettre un peu à l’intérieur.

Et qu’est-ce que ça vaut ? Hé bien, ça vaut le coup tout simplement. On retrouve la dessinatrice qui a commencé sur Barbie et qui possède déjà pas mal de sa marque de fabrique. Encore très super-héroïque dans la fin des années 90, on voit la complète métamorphose du trait avec les années 2000 (le changement s’étant déjà produit dans Soulsearchers et Gatecrasher). Quant aux histoires, certains récits sont parfois un peu abrupts et on ne comprend pas forcément ce qui se passe (c’est légèrement le cas pour le Lois Lane et carrément le cas pour le GA/BC Wedding Special) mais pour le reste, c’est du one-shot ou de l’arc complet, ce qui fait que vous pourrez aussi apprécier les histoires.

Cela fait donc de The Sequential Art of Amanda Conner un bouquin permettant de quasiment compléter votre collection. Par contre, j’aurais vraiment apprécié plus d’éditorial, peut-être des commentaires de l’intéressée sur comment elle a abordé telle ou telle série. De quoi me faire penser que je ne serai clairement pas contre un Modern Masters qui lui serait consacré. En attendant son Captain Brooklyn qui ne devrait plus tarder chez Image Comics ...


Pour acheter ce livre :

En VO : (Version papier puis Kindle)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :