Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > X-Factor > X-Factor TPB 11 & 12

X-Factor TPB 11 & 12

samedi 6 avril 2013, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Peter David / Valentine De Landro, Emanuela Lupacchino, Paul Davidson & Dennis Calero)

Ces deux recueils reprennent respectivement les numéros 213 à 219 et les numéros 220 à 224 de la série régulière.

Après sa rencontre avec la déesse Hela, Darwin pense qu’il a franchi un cap dans le domaine de l’évolution, un cap pas franchement agréable, comme si ce contre quoi il avait évolué était entré en lui. Le voilà du coup, très maussade et particulièrement violent. Après une petite aventure à Las Vegas, arrêté de justesse par ses co-équipiers, le jeune mutant décide d’aller faire un tour tout seul, histoire de se changer les idées et de faire le point. Le voilà qui arrive sur un site de cinéma désaffecté où il trouve quand même pas mal d’humains. Ceux-ci comptent sur lui pour se débarrasser de quelqu’un : le faux sheriff qui règne sur les lieux.
Madrox vont de leur côté enquêter sur une vampire et donner un coup de main à J. Jonah Jameson ce qui va les amener à affronter un trio de tueuses particulièrement compétentes et à faire un partenariat avec le Black Cat. Tout cela avant de devoir protéger Rahne dont la grossesse se terminant attire pas mal de monde ayant de mauvaises intentions.

Que dire, que dire ? Que c’est très bon à suivre, que c’est d’une superbe fluidité, que quand il semble y avoir une histoire un peu légère ou parallèle au fil rouge, elle sert tout de même soit à placer des éléments d’intrigue, soit à faire évoluer la psychologie des personnages ou leur relation ? Ben oui, Peter David sur X-Factor, c’est tout ça. De l’histoire de Darwin à celle de Rahne, le tout est assez cohérent, avec une finalité au bout de Hard Labor tout en se gardant des portes ouvertes pour encore offrir de belles histoires. Et Layla Miller continue elle aussi de savoir des trucs mais le lecteur comprend mieux pourquoi la jeune femme a décidé de faire ce qu’elle a fait, même si ses choix ont des coûts énormes. En fait, je ne sais pas si X-Factor se lit bien mensuellement mais en tout cas, en recueil, c’est un vrai régal.

A bord, on retrouve dans l’équipe graphique pas mal de monde déjà connu. Emanuela Lupacchino qui va réaliser de superbes planches, si, si, vraiment superbes avec de beaux super-héros et de pulpeuses super-héroïnes. Dennis Calero se chargera de l’épisode final où Rahne donne naissance à son petit. Un épisode qui contient son lot de monstres mais aussi de personnages vraiment jolis. Du coup, Paul Davidson est un peu moins agréable en ouvrant Hard Labor. Le travail est de qualité mais j’ai senti l’inspiration d’un Tony Daniel des premières heures, pas forcément ma came. Mais à regarder son portfolio, il y a fort à parier que le travail du dessinateur peut rapidement me plaire. Reste Valentine De Landro qui ouvre Scar Tissue : plus réaliste, il est aussi connu des lecteurs de X-Factor.

Petit à petit, je rattrape mon retard sur cette excellente série qu’est X-Factor et le boulot que nous propose Peter David est vraiment exceptionnel. Il ne me reste plus qu’à commander les 4 recueils qui me manquent ...


Pour acheter ces livres :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :

Probablement dans la série kiosque X-Men Universe Hors Série.