Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Post-Apocalyptic Nick

Post-Apocalyptic Nick

jeudi 28 mars 2013, par Mathieu Doublet

(The Webcomics Factory / Christian Beranek & Tony DiGerolamo / Tom Kurzanski)

Nick est un représentant en publicité qui est en voyage. Quelle n’est pas sa surprise quand il se réveille de voir que l’Apocalypse a
bien eu lieu. Encore heureux qu’il puisse se sortir des décombres de sa chambre même si cela lui prend trois jours. Mais si c’est pour se retrouver
face à des pilleurs de magasins fortement armés ou se faire choper par un flic qui a son cerveau sérieusement endommagé, il aurait peut-être mieux
valu passer l’arme à gauche. D’autant que son mariage bat de l’aile et qu’il ne peut pas recevoir de communication correcte avec son smartphone. Pour une
fois que l’application "L’homme contre la nature" aurait pu lui servir ...

Webcomic (dispo ici) et projet Kickstarter pour passer au papier,
Post-Apocalyptic Nick est un comic-strip qui m’a véritablement convaincu car il raconte une histoire avec un début et une fin. On est dans le contexte de l’histoire où tout ne peut qu’empirer pour Nick qui est
un véritable looser qui connait heureusement de gloire (il faut aussi dire qu’à côté des autres personnages, il semble particulièrement brillant). Heureusement, Christian Beranek & Tony DiGerolamo ne se contentent
pas de mettre Nick en face de zombies radioactifs (qui obéissent étrangement à un humain tout ce qu’il y a de plus normal), ils trouvent le moyen de guider leur héros vers la source de l’Apocalypse et lui apportent
le moyen de pouvoir mettre fin à ce cauchemar. Avec une dernière partie, toujours aussi humoristique mais comportant aussi quelques bonnes idées scénaristiques, Post-Apocalyptic Nick arrive à sa conclusion avec beaucoup
de succès.

D’autant que les dessins sont à la hauteur du scénario, avec des personnages caricaturaux mais très joli (même Annie, la strip-teaseuse sans jambe, fait son petit effet avec un physique exagéré très avantageux). Loin
d’être amateur, Tom Kurzanski ajoute une tonne de détails à ces ensemble de trois cases et parfois même un nombre de personnages impressionnant (les scènes de zombie s’y prêtent et le tout début montre que l’Apocalypse a
tout de même réussi à laisser pas mal de monde tranquille (mais une bonne scène de chauffard a forcément besoin de quelques personnes à écraser).

Au final, Post-Apocalyptic Nick est une très bonne surprise avec son ambiance fun, ses personnages décalés et son graphisme tout à fait à propos.