Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Dark Horse > Mind Mgmt Vol. 1

Mind Mgmt Vol. 1

dimanche 24 mars 2013, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Matt Kindt)

Ce volume contient les numéros 0 à 6 de la série régulière.

Meru est une journaliste dont le premier livre est un véritable succès tout autant critique que commercial : au programme,
la découverte d’un meurtrier en série alors que la police n’a jamais eu la moindre piste sur le personnage. Mais comme tout succès,
au bout d’un moment, le tout s’estompe. Et quand Meru apprend que les passagers d’un avion entier a subi une crise d’amnésie, elle
se demande si elle n’a pas entendu déjà parler de ça quelque part. Tout comme le nom du seul passager n’étant pas à la descente de l’avion,
tout en ayant bel et bien embarqué. Son nom : Henry Lyme. Et ce nom, Meru l’a déjà entendu lors d’enquêtes précédentes. Cela tombe
plutôt bien parce que son éditeur ne va pas lui laisser une seconde chance : elle a ses derniers crédits (dans tous les sens du terme) qui
sont misés sur cette affaire, elle a intérêt à ne pas la louper. Maintenant, si Mera savait ce qu’elle va endurer, se serait-elle embrigadée
dans une affaire pareille où des organisations gouvernementales et non-gouvernementales se tirent la bourre à grands coups de contrôle mental ?
Pas sûr, mais une journaliste que l’on appelle ne résiste pas à un bel appât.

Si cela vous dit quelque chose, c’est peut-être que vous avez déjà lu les Secret Files de Mind Mgmt qui sont ici repris au travers du numéro 0
de la série. Matt Kindt reprend donc Meru et développe les intrigues qu’il a lancé dans ces trois mini-récits. De quoi faire voyager son héroïne, loin,
très loin, tout autour de la planète, en gardant soigneusement cette espèce de conspiration que la journaliste va tenter de déjouer tout en étant l’une
des marionnettes (parce qu’elle a de véritables facilités financières alors qu’elle est censée être sur la paille). Kindt va présenter petit à petit l’organisation
appelée Mind Mgmt avec juste ce qu’il faut pour que le lecteur ait une idée assez bonne de ce que cela représente mais sans aller dans les détails qui pourraient
trop en dévoiler. On y trouvera des soeurs jumelles capables de créer des histoires qui transportent littéralement les lecteurs, un expert en publicité qui réussit
à chaque fois à convaincre, des immortels à la peau dure (et forcément menaçants) mais aussi une histoire d’amour qui tourne véritablement mal.

Matt Kindt est un auteur que je suis déjà depuis un petit moment (2 Sisters,Pistolwhip, Revolver, 3 Story ou encore The Tooth). Du coup,
concernant son trait, je n’ai pas grand chose à ajouter : toujours de l’encre et de l’aquarelle pour les planches, une composition dynamique et un réel savoir-faire en matière de narration.
De la bande dessinée, dont le style ne plaira pas à tout le monde, mais qui est diablement efficace.

Avec sa multiplicité de personnages et sombres organisations, la première lecture de Mind Mgmt ne suffit probablement pas à bien saisir la totalité des informations
fournies dans le récit. Cela tombe bien : Matt Kindt incite ses lecteurs à suivre la série de façon mensuelle ce qui permet de digérer plus aisément les infos, et de relire
les épisodes précédents, histoire de faire du lien ou de découvrir d’autres choses à la relecture. J’ignore le matériel qui a été zappé lors de la mise en recueil mais il y a
fort à parier que les mini-récits en noir & blanc de la couverture intérieure ou bien les quatrièmes de couverture qui sont en vérité des fausses pubs (avec un code donnant un accès
à des bonus intéressants sur le Net) ne soient pas de la partie. Ceci étant, avec les petits commentaires présents dans beaucoup de pages de la série en plus de la bande-dessinée en elle-même,
vous aurez fort à faire. Matt Kindt veut toute votre attention, tout votre cerveau et est bien décidé à l’obtenir grâce à un récit mystérieux et une forme toujours aussi soignée et magistrale.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

Et bien sûr sur le site de l’auteur, http://www.mattkindt.com/