Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Harvest #1-5

Harvest #1-5

lundi 4 mars 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / A.J. Lieberman / Colin Lorimer)

Malgré les interdictions, le trafic d’organes fonctionne même aux Etats-Unis. Et ça ne se règle pas que dans des quartiers sales, non, en général,
ce sont plutôt des hommes ou des femmes très très riches et capables de mettre suffisamment de pognon sur la table pour se payer les organes qui leur
font défaut. Mais ils ne se salissent bien entendu pas les mains, il y a des intermédiaires pour cela qui doivent faire appel à leur tour à des chirurgiens
pour enlever puis greffer. Ces médecins deviennent rapidement au courant de ce qui se trame et leur serment a beau être flexible, leur insensibilité atteint bien
un jour ou l’autre leur limite. C’est pour cela que Carven embauche Benjamin Dane, un chirurgien qui est entré dans le bloc opératoire où il devait officier, complètement
drogué et absolument incapable d’assumer ses fonctions. Le médecin de rêve qui va pourtant rapidement se rendre compte que les choses ne vont pas comme il le souhaiterait.
Et ça n’est pas le petit garçon qui l’accompagne jour et nuit qui pourrait lui donner tort.

A.J. Lieberman est un scénariste qui a longtemps officié sur Gotham Knights et qui nous a offert plus récemment, l’excellente mini-série Cowboy Ninja Viking. Il remet le couvert
chez Shadowline (la division gérée par Jim Valentino) en tissant l’histoire d’un médecin véreux qui va devoir chercher la rédemption en cassant un système où le pouvoir règne (avec la possibilité
d’aller contre la loi en toute impunité). Il règne donc un climat assez malsain avec toute une galerie de personnages très dangereux (les femmes aussi sont complètement fatales et d’une froideur
extrême) et si l’espoir brille à un moment, c’est pour mieux replonger dans la noirceur tout de suite après. Etrange aussi, la présence de cette jeune tête blonde que l’on aperçoit au fil de l’histoire.
Elle ne sera pas résolue de façon claire et le final de la mini-série laissera le lecteur sur un énorme point d’interrogation, surtout vis à vis du début de la mini-série, où les choses sont laissées
évidemment dans le flou, histoire de ne pas donner trop d’informations au lecteur. Si certains trouveront que le procédé relève de la facilité, d’autres (dont je fais partie) y trouveront leur compte,
l’interprétation permettant une fin unique mais avec des nuances quand au procédé. En fait, Leiberman vous laisse le soin de terminer son histoire, mais sans que cela soit trop frustrant. Il y aurait eu la
place pour un sixième numéro mais la loi de l’offre et de la demande ne laissera pas cette possibilité.

C’est Colin Lorimer qui se charge de l’illustration de ce récit. L’artiste s’affranchit de cette tâche avec application et justesse. Les planches sont noires, très noires, avec des couleurs blafardes, ne gagnant
qu’un peu de contraste quand le sang apparaît. De quoi produire des effets gores réussis (même si on reste dans une violence très réaliste). Des scènes de découpes à celles de poursuite, on suit avec intérêt le parcours
du docteur et les personnages qu’il rencontre avec des scènes d’action menées tambour battant. Ajoutez à cela cinq couvertures qui se lient les unes aux autres et qui sont de grandes qualités. Précisons simplement que les
planches à l’intérieur des comics ont un trait plus épais que les couvertures.

Au final, Harvest est une histoire au climat très intrigant et dont le seul défaut est d’avoir une fin un peu trop énigmatique. Pour le reste, c’est du carré, du sombre, du travail de qualité.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :