Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Saga Volume One

Saga Volume One

mercredi 6 février 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Brian K. Vaughan / Fiona Staples)

Ce recueil reprend les six premiers numéros de la série.

Elle s’appelle Alana, elle vient de la planète Landfall, la plus grande planète de leur système solaire. Ah oui, elle a des ailes. Il s’appelle Marko, il vient d’une des Lunes de Lanfall appelée Wreath. Ah oui, il a des cornes. Comme souvent dans ces cas-là, les deux peuples sont en conflit depuis longtemps avec des revendications que chacun a su manipuler pour bien faire monter la sauce. Mais pour Alana et Marko, ce n’est plus le temps de faire la guerre mais celui de faire l’amour. Voire même de l’expulser, puisque leur petite fille, Hazel, vient de montrer le bout de son nez. Mais étant classé comme renégats parmi les deux factions, on ne peut pas dire qu’avoir un enfant en étant des fugitifs va être particulièrement facile. Pourtant, il va leur falloir quitter la planète Cleave, si possible en un morceau. Mais quand la liste des personnes à leur trousses s’allonge de deux chasseurs de prime particulièrement efficaces et d’un prince robotique qu’on exile jusqu’à ce que le boulot soit fait, leur échappée va devenir encore plus problématique.

Saga, pour vous donner une petite idée, est une série récente qui marque le retour aux comics de Brian K. Vaughan qu’on avait un peu perdu de vue depuis Ex-Machina et surtout Y The Last Man (et ces quelques incursions chez Marvel, qui me semble-t-il, étaient terminées avant ces deux projets cités avant). De le voir revenir sur le terrain du creator-owned alors que le mouvement commence à prendre pas mal d’ampleur, c’était le gage d’une bonne bombe qui fonctionne. Et ça n’a pas loupé, le premier numéro a été sold-out (je n’ai même pas réussi à en avoir un numéro en le commandant deux mois à l’avance), plusieurs tirages des premiers numéros qui eux aussi, ont été sold-out. Le tout grimpe très rapidement (je crois même plus rapidement que le numéro 1 de The Walking Dead), autant dire qu’il y a du monde intéressé.
Bon, assez parlé de succès et de spéculation. Est-ce que Saga est aussi bonne qu’on le prétend ? Ma réponse est oui, clairement oui. Le duo scénarisé par Vaughan est d’une efficacité redoutable, d’un amour évident qui va devoir surmonter bien des obstacles et comme leurs caractères sont parfois légèrement opposés, cela nous donne des scènes avec un poil d’humour, ce qui fait beaucoup de bien dans le cadre très sombre où ils évoluent. Vaughan se permet aussi d’utiliser un voix en "off" et c’est celle d’Hazel, de quoi permette de lancer quelques pistes sur l’avenir des personnages ou bien de placer des informations de manière un peu plus originale (ou logique) que si les personnages principaux les annonçaient (je pense notamment au cliffhanger du numéro 6 qui passe bien mieux par la voix d’Hazel). Le scénariste se permet aussi des changements de course qui généreront des conflits d’intérêt, de quoi une fois de plus permettre des scènes ni noires ni blanches. Ajoutez à cela un message antimilitariste assez malin et vous comprendrez que le tout fonctionne très bien.

Concernant Fiona Staples, vous avez pu apercevoir son travail dans The Secret History of the Authority : Hawksmoor, North 40, Northlanders : The Sea Road ou bien dans le numéro 66 de Jonah Hex. Le style de Staples
est assez particulier : parfois très précis et très sexy, le trait peut se faire plus brutal, plus gras, plus rapide dans son exécution. L’artiste réussit à créer des races extra-terrestres convaincantes avec tout ce qu’il faut d’attraction et de répulsion (le chasseur de primes The Stalk en est un parfait exemple). L’artiste réussit aussi à éviter l’effet case vide grâce à quelques touches de couleur savamment placées pour en faire un décor plausible. Côté illustration, Saga, c’est un peu sexe et baston avec quelques moments de tendresse. Et Fiona Staples réussit à nous embarquer peu importe l’émotion à évoquer.

Oui, il y a du sexe et de la violence dans Saga. Ca saigne et ça coïte grave notamment sur la planète faite pour ça, Sextillon. A noter que les passages sur cette planète sont très visuels, même si ce n’est que de l’ordre du détail de fond de case. Je suis assez surpris que le comic-book n’ait pas fait scandale en Amérique alors que des choses plus innocentes sont montrées du doigt. C’est en tout cas tant mieux pour Saga qui est une série qui mérite toute votre attention avec un premier volume très réussi qui ne donne qu’une envie : lire la suite.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :

Bah, soyez patients, ce titre-ci sortira en VF, c’est tout simplement obligatoire.