Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Vampirella > Vampirella Annual #2

Vampirella Annual #2

lundi 21 janvier 2013, par Mathieu Doublet

(Dynamite / Mark Rahner / Ilias Kyriazis)

Il y a des fous partout. Comme ce jeune adulescent qui aimerait être le sidekick de Vampirella. La Drakuléenne a beau
essayer de lui faire comprendre que c’est une très mauvaise idée, il sait se montrer convaincant lui présentant quelque chose
sur le Net. Et ce quelque chose, c’est le festival se déroulant à Spoons, petite ville du Washington qui compte un peu plus de 3000
habitants. Autant dire le fin fond de la cambrousse du point de vue américain. Mais cette charmante bourgade double de volume dès que le
le Gloaming Con démarre. La Gloaming Con ? Mais si, vous savez bien, cette saga avec le vampire qui brille et les loups-garous qui montrent
leurs pectoraux ! Si cela n’a absolument aucun intérêt pour Vampi, elle sent tout de même que le Mal rôde et elle aura raison, rien de tel qu’une
bande de demeurés confondant fiction et réalité pour que des monstres se joignent à la fête.

Ah, ça fait du bien un peu d’humour de temps en temps. Non, je ne parle pas de cette tentative de singer Twilight, mais plutôt de l’ambiance générale
qui va placer Vampirella en face d’ennemis qui ne sont pas du tout de taille contre elle. De la présence du jeune homme à la dimension très mercantile que
le village prend dès que la convention démarre, le tout est assez sympa et pas trop mal retranscrit (surtout pour qui a déjà fréquenté une des ces conventions
ou autre gros festival). Ceci étant Mark Rahner garde une relative logique dans son récit et tout ne sera pas entièrement rose, le sidekick connaissant
une triste destinée qui permet aussi de donner à Vampirella des traits plus humains.

Pour le dessin, c’est malheureusement une autre paire de manches. Ilias Kyriazis n’est pas mauvais mais son style est encore trop jeune, trop irrégulier, pas suffisamment maîtrisé pour paraître professionnel. Le découpage, cependant, est bien fichu et les scènes d’action efficaces.

Un numéro annuel bien sympa et gonflé avec un récit déjà paru dans le one-shot Trick or Treat paru chez Harris en 2004. Mettant Vampirella et Pantha en scène dans un récit
très anecdotique, il conforte aspect humoristique du comic-book. Reste qu’il est un peu cher à 5 dollars.