Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > Sidekick Super Summer Spectacular

Sidekick Super Summer Spectacular

jeudi 6 décembre 2012, par Mathieu Doublet

(Clockstop Entertainment / Paul Jenkins / Chris Moreno)

Lu en numérique, fichier PDF reçu pour la participation au projet Kickstarter.


Eddie Edison est un livreur de pizza, autant dire le pire métier qu’un jeune puisse avoir aux Etats-Unis. Et personne ne peut se douter qu’à bord de sa merdomobile se cache en réalité le sidekick du super-héros de Metroville, j’ai nommé Mister Excellent. Etre un sidekick, ça veut aussi dire être dans l’intimité des super-héros, y compris dans leurs ratés. Par exemple quand Mister Excellent invite le résultat improbable d’un croisement entre Galactus et un personnage Lego. Alors forcément, quand on s’en prend plein la tronche suite aux gaffes de son mentor, au bout d’un moment, ça lasse. Voilà pourquoi Eddie Edison va tenter d’intégrer la ligue supérieure, celle des vrais super-héros qui ont des sidekicks. Et pour ça, il faut passer des tests et Eddie n’est pas le seul à vouloir un morceau de ce gros gâteau. Alors quand en plus, il décide de prendre l’identité secrète de l’abeille constructeur, autant dire qu’il va falloir y mettre les bouchées doubles.

Paul Jenkins, tout ravi de son expérience Kickstarter pour Fairy Quest (en compagnie d’Humberto Ramos), se dit qu’il serait bien tentant de réitérer l’exploit avec un autre de ses titres. En l’occurrence, ce sera Sidekick, un titre humoristique qui a déjà connu une publication sous forme de deux mini-séries (cinq numéros pour la première, pas lus, mais ça ne devrait plus tarder et deux pour la seconde). Et autant dire que Jenkins va se faire plaisir en ridiculisant les standards des super-héros. Un exercice périlleux qui ne connaît pas que des réussites même si souvent il y a un côté charmant qui fait que le tout fonctionne. Pour Sidekick, la suite d’épreuves à laquelle sera confronté Eddie sont absolument absurdes et ses adversaires / camarades de jeu à la hauteur. Voilà comment le héros devra se débattre dans une piscine remplie de piranhas ou bien comment Captain Foireux va manger sans le savoir une partie du Sorbet Vivant. Alors il faut aussi s’attendre à ce que ça ne fasse pas dans la dentelle et Jenkins n’oubliera pas les gags qui font appel à la partie la plus primitive du cerveau.

Des gags, c’est bien, mais avec un dessinateur qui a un peu de talent c’est mieux. Et j’avoue que Chris Moreno en a sous le coude pour la comédie. Assez proche d’un Cyrille Munaro avec un petit côté école de dessin animé à l’américaine, les dessins de Moreno font absolument tout ce qu’on leur demande avec un cadrage et des mises en situation qui soulignent bien les divers moments drôles du récit.

Sidekick est donc un projet humoristique abouti moins provocateur que The Pro par exemple mais qui va assez loin dans la grassouille des super-héros. Pour lecteurs avertis qui devraient y trouver leur compte.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0