Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Oni Press > The Apocalipstix

The Apocalipstix

mercredi 14 novembre 2012, par Mathieu Doublet

(Oni Press / Ray Fawkes / Cameron Stewart)

Elles s’appellent Mandy, Megumi et Dot et elles font du rock. Du rock qui déménage. A tel point qu’elles sont à deux doigts de ne pas remarquer que l’Armageddon sous forme nucléaire s’est abattu sur Terre.
Mais elles en ressortent quasi-indemnes et sont bien décidées à trouver un endroit où il y aurait d’autres gens. Elles vont en rencontrer des survivants et au fur et à mesure va se dessiner le rêve d’un
endroit intact sur la côte ouest des Etats-Unis et au soleil en plus. Alors les filles prennent leur camion, leur matos de concert et prennent la route !

Ray Fawkes (le vraiment touchant pas drôle One Soul) nous propose trois chapitres de l’histoire de ces trois femmes qui, malgré le climat post-apocalyptique, continuent à croire en leur destin. Trois histoires où elles vont successivement avoir à faire au vol de leur matos, à l’assaut de fourmis géantes ainsi qu’à un "battle" de groupes de rock. Tout du long, c’est énormément de fun avec les trois héroïnes qui ont un caractère bien trempé (Mandy), complètement à la ramasse (Dot) ou très zen (normal, Megumi est japonaise et s’exprime même dans cette langue - à se demander comment les autres peuvent la comprendre) et les personnages qu’elles vont rencontrer sont eux aussi bien barrés comme il faut.

Et c’est Cameron Stewart (The Invisibles, Catwoman, Seaguy, Batman & Robin, Suicide Girls, ...) qui s’occupe de la mise en images. Et c’est du tout bon. Le dessinateur va plus à fond dans le cartoonesque avec des visages expressifs et déformés ainsi que des héroïnes sexys. Il se vautre également dans les effets pyrotechniques avec un découpage qui n’est pas sans rappeler celui du manga, peu de cases étant présentes à chaque page (c’est d’ailleurs le format qu’a choisi Oni Press pour publier ces histoires). Ceci étant, c’est toujours un travail extrêmement détaillé et les amateurs de petites lignes pourront aussi apprécier.

Alors oui, ça va vite, ça se lit vite mais ça déménage, ça explose, ça envoie du rock’n’roll tout ça dans la bonne humeur avec un manque de réalisme jubilatoire. Pile poil de quoi se faire du bien entre deux tranches de grim’n’gritty.

Le site du titre (toujours en ligne alors que la BD n’est plus d’actualité) avec des fonds d’écran à télécharger : http://www.apocalipstix.com/


Pour acheter ce livre :

En VO : (vraiment donné sur le Marketplace - c’en est criminel !)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :