Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Oni Press > The Sixth Gun #12-17 : Bound

The Sixth Gun #12-17 : Bound

lundi 1er octobre 2012, par Mathieu Doublet

(Oni Press / Cullen Bunn / Brian Hurtt & Tyler Crook)


La décision n’a pas été simple mais puisqu’il n’y a apparemment que peu de chances de se débarasser des flingues maudits, Drake et becky ont choisi de les garder auprès d’esux en espérant qu’il existe un moyen de les détruire ou bien d’éviter que de mauvaises mains s’en emparent. Pour cela, ils sont aidés par les prêtres de l’épée d’Abraham, un ordre qui a inclus en son temps, le beau-père de Becky. Bien entendu, avec l’appel des flingues, les choses ne restent pas calmes très longtemps d’autant que la veuve Hume est toujours décidé à remettre la main sur les armes et sur le cadavre de son mari, enchaîné et entouré de croix.

Rattraper son retard sur une série comme The Sixth Gun est une véritable partie de plaisir. C’est tout simple, il y a tout ce que je cherche dans une bande dessinée : des personnages attachants (forts et vulnérables à la fois avec une partie consacrée à Gord Cantrell qui en dit beaucoup plus long sur le personnage et son lien avec toute cette affaire), des scènes d’action epoustouflantes (la scène du train pris d’assaut est composée de double-pages spectaculaires) et de mystère qui reste encore entier et qui se révèle petit à petit. Pas de doute, Cullen Bunn maîtrise son histoire et sait où il va. S’il ne le sait pas, c’est tout de même super bien imité. Il joue sur les lignes temporelles, sur le passé des héros, tout cela en faisant avancer son intrigue ce qui permet de continuer à accrocher le lecteur sans passer par des flash-backs qui, aussi intéressants soient-ils, peuvent détourner le lecteur du but de l’histoire.

Rien à dire que les planches de Brian Hurtt, qu’il s’agisse de l’attaque du train ou du rêve-cauchemar que va vivre Gord, c’est d’une justesse exemplaire : on ressent aussi bien la violence que l’émotion. Ah, il y a Tyler Crook qui va effectuer les dessins sur un numéro fill-in consacré à Asher Cobb, une momie gigantesque prédisant le futur. Si Crook n’a bien entendu pas le même style que Hurtt, il reste dans la même ambiance : les traits sont voisins et les couleurs de Bill Crabtree contribuent à l’homogénéïté de l’ensemble.

Bref, un troisième arc qui fait légèrement office de transition vers quelque chose d’énorme mais qui arrive à apporter son lot d’informations. The Sixth Gun fait toujours un sans-faute.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0