Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Grim Leaper #1-4

Grim Leaper #1-4

samedi 5 janvier 2013, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Kurtis Wiebe / Aluisio C. Santos)

Pour Lou Collins, ça n’est pas la vie qui n’est pas facile, c’est plutôt la mort. En effet, après avoir passé l’arme à gauche,
Lou se retrouve dans une salle entourée de portraits. Au bout d’un moment, l’un de ses portraits grossit, se transforme en une version
démoniaque d’elle-même et l’avale. De quoi le faire revenir sur Terre dans la peau de celui dont Lou a regardé le portrait. Un bon coup
de vomi après, Lou se demande bien ce qu’il doit faire et pourquoi il est là, sachant qu’il va mourir dans peu de temps. Jusqu’à ce qu’il
rencontre une femme qui est maudite de la même façon et dont il va forcément tomber amoureux.

Kurtis Wiebe (Green Wake entre autres) reprend le thème de la Mort en l’illustrant d’une nouvelle façon plus originale et surtout
plus humoristique, cet humour étant pour le coup très noir et très gore. Car forcément les morts qui vont avoir lieu seront souvent très
spectaculaire et les corps en seront pour leur frais, je n’aimerais franchement pas être le légiste ou le croque-mort qui aura à bosser avec
ces cadavres. Si le premier numéro place le décor et la problématique, le second commence à enchaîner les situations délicates et Lou va se
retrouver confronté à un cas de conscience. Intéressant du côté du lecteur, puisque cela nous renvoie à nos propres choix moraux et qu’un fil
rouge commence à se dessiner car si Lou se plaint de se retrouver dans le même "trou du cul du monde qu’il a toujours voulu quitter", c’est que
les morts s’enchaînent et se lient les unes aux autres. Jusqu’où cela mènera notre héros ? Nous le verrons au bout du quatrième numéro qui marquera
la fin de la mini-série.

Forcément, il ne s’agit pas d’un artiste du style de Riley Rossmo qui va prendre en charge un récit comme Grim Leaper. Aluisio C. Santos a
un style forcément plus rond et nettement moins torturé. Le dessinateur est à l’aise dans la représentation de ses personnages, y compris dans
leur vision démoniaque très crédible dans leur transformation. Beaucoup de détails, un sens certain du spectacle et un gore complètement ridicule
plus tard (les corps semblent comme liquéfiés à chacun des décès), on se rend compte que cela rentre pile poil dans le style de l’histoire.

Avec seulement ces deux premiers numéros, cette "histoire d’amour à mourir" me plait déjà beaucoup. Certes simplement à espérer que la conclusion sera
à la hauteur et que Wiebe nous prépare encore pas mal de surprises. Un titre conseillé pour les amateurs d’horreur drôlatique.

Mise à jour suite à la parution de l’histoire entière :
La mini-série conserve toutes ses qualités au fur et à mesure de ces quatre numéros. Wiebe nous propose un final très sympathique et très romantique tout en gardant l’humour un peu craspec qui a fonctionné pendant toute la série. Grim Leaper est donc la petite bande dessinée unique en son genre qui mérite votre attention si vous appréciez le dessin.

A noter que je vous conseille aussi les numéros en mensuel qui contiennent des mini-récits absolument fabuleux (celui sur Siri est excellent). J’ignore si ces mini-récits seront contenus dans le recueil.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :