Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > After Dark #1-3

After Dark #1-3

jeudi 16 août 2012, par Mathieu Doublet

(Radical Comics / Antoine Fuqua, Wesley Snipes & Peter Milligan / Jeff Nentrup & Leonardo Manco)


Le commandant Brood est chargé de quitter Solar City à la recherche d’une certaine Angel. Cette femme, dont chacun représente le visage sur les murs de la ville, semble être la solution à tous leurs problèmes, d’autant que les émeutes sont monnaie courante dans la cité où le soleil artificiel brille toute la journée. Il faut dire que si la nuit a le malheur de tomber, des créatures agressives peuvent arriver et rendre la vie en ville encore plus dangereuse. Brood décide donc de concevoir son équipe avec des militaires qu’il connaît bien ainsi que des amis du Bédouin, un homme pouvant se diriger rien qu’en regardant les nuages. Dans un monde comme celui-ci, même le plus court des voyages est dangereux, d’autant que le temps n’est pas à la sortie de vaisseau, spatial ou autre.

Antoine Fuqua et Wesley Snipes (réalisateur de Training Day et acteur qu’on a vu notamment dans Blade) trouvent une idée d’histoires et vont la proposer à Radical Comics, histoire de voir comment ça tourne. Comme ils ne sont pas spécialistes du comic-book, on fait naturellement appel à quelqu’un dont c’est le métier, à savoir Peter Milligan (2000 AD, Batman, Shade The Changing Man, Human Target, X-Statix, ...). Ce dernier va tenter en un peu plus de 150 pages de faire tenir cette histoire post-apocalyptique mélangeant récit d’équipe et trahisons politiciennes dans un contexte des plus désespérants. Au final, si l’histoire n’est pas mauvaise, il y a pas mal de choses qui sont survolées : certains personnages ont des liens qui se créent mais qui n’ont plus vraiment d’importances par la suite, d’autres ont vécu des choses mais rien de bien concret ne vient les valider, et les comic-books en eux-mêmes contiennent des ellipses trop grandes pour une narration sans reproche.

Aux dessins, on retrouve Jeff Nentrup, un concept artist qui a plus bossé dans le cinéma ou l’illustration que dans la bande dessinée. Si son travail n’est pas à jeter, il manque cruellement de détails et la plupart des planches sont trop sombres sans vraiment de relief. A la suite de ce premier numéro, c’est Leonardo Manco qui prend la relève. Le dessinateur d’Hellblazer ou du très bon Driver for the dead s’en sort nettement mieux et pour que tout cela soit homogène avec le numéro précédent, son travail est retouché par l’équipe de coloristes habituelle chez Radical (Kinsun Loh, Jerry Choo & Sansan Saw). Si le cadre se prête à un peu plus de lumière, on voit bien que le dessinateur a aussi beaucoup plus d’expériences et rend des expressions très réalistes aux personnages et des décors grandioses.

Au final, After Dark ne partait pas d’une mauvaise idée et son histoire est intéressante jusqu’à sa conclusion. Le souci, c’est que le passage en comic-book est loupé. L’histoire demandait certainement plus de place pour être correctement développée et pour que tous les personnages puissent y avoir leur place. Trop gourmand, elle va du coup beaucoup trop vite et on ne s’intéresse pas vraiment aux différents personnages qui du coup, polluent l’intrigue principale. Dommage.


Pour acheter ce livre (même s’il a l’air indisponible) :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0