Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > The Tick #100

The Tick #100

mercredi 25 juillet 2012, par Mathieu Doublet

(NEC / Benito Cereno / Les McClaine)


Pauvre Invincible ! Alors qu’il est en compagnie d’Atom Eve à battre un super-vilain éléphantesque, le voilà disparu dans un nuage de fumée. Sa disparition est loin d’être hasardeuse et cela a peut-être un rapport avec un pistolet envoyant dans d’autres dimensions que The Tick vient d’égarer. Enfin plus exactement, il ne souvient plus de l’endroit où il l’a rangé, un endroit super-sécurisé comme il se doit. Est-ce que cela a un rapport avec la nouvelle évasion de Chairface et de l’arrivée d’un ancien prisonnier qui cherche à devenir le Caïd de la cité, puis du monde entier ?

Un numéro 100, ça se fête et même si Ben Edlund, le créateur de The Tick, n’est plus à bord du vaisseau depuis bien longtemps, c’est toujours l’occasion de renouer contact avec le super-héros quasi-invulnérable déguisé en tique. Quand un titre est repris par quelqu’un d’autre que son créateur, le ton originel est souvent copié mais rarement atteint. D’autant plus quand il s’agit d’un bouquin humoristique, la copie n’étant pas de bonne compagnie en la matière. Et pourtant, je trouve que Benito Cereno fait du bon boulot par rapport aux souvenirs que je garde du premier TPB de la série. C’est à dire qu’il y a de l’humour, jouant autant sur les personnages plus ridicules les uns que les autres (dont un croisement improbable entre le Martian Manhunter de DC Comics et le centurion martien des Warner Bros) que dans le domaine du comic-book. A ce titre, le personnage d’Invincible se fera gentiment épinglé à propos du côté très gore de la série jouant pourtant aussi la carte du fun et du 4-couleurs.

Les McClaine fait aussi du très bon boulot. On est au rayon du classique, à mi-chemin entre une école comic-bookesque tenant aussi bien d’Archie que des productions Marvel et une école de dessins animés américains. Le résultat est donc joli et régulier même si quelque peu impersonnel. En tout cas, c’est du boulot de pro sans l’ombre d’un doute à mille lieues de ce qu’on peut encore lire chez d’autres petits éditeurs indépendants. Invincible est d’ailleurs tout aussi bien réalisé que The Tick, ce qui montre que l’artiste est capable de s’approprier d’autres personnages que ceux dont il a l’habitude.

Parlons maintenant du contenu spécial du numéro 100 qui coûte tout de même 7 dollars. Aux 22 pages classiques de comics, on trouvera le début d’un historique de The Tick voulant recouvrir la totalité des 100 numéros. Une tâche immense qui n’est pas malheureusement pas menée à terme au final de centième numéro puisque le résumé amènera le lecteur jusq’aux numéros 50-60 de la série, ce qui recouvre presque toute la série hors numéros spéciaux. A un tel prix, on aurait quand même pu s’attendre soit à plus de bande dessinée, soit à une chronologie complète et c’est vraiment le seul point négatif que je peux trouver à ce comic-book car pour le reste, c’est mission gagnée, j’ai vraiment envie de me replonger dans l’univers loufoque de The Tick d’autant que NEC se fait un plaisir de nous rappeler que presque tout est disponible en recueils. Bref, une belle occasion de revenir sur l’une des séries alliant super-héros et humour jusqu’au bout.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0