Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Oni Press > Spontaneous #1-5

Spontaneous #1-5

vendredi 22 juin 2012, par Mathieu Doublet

(Oni Press / Joe Harris / Brett Weldele)

Lu en version numérique.


Melvin est un jeune homme qui travaille au Frik-n-Fry, une des nombreuses enseignes de fast-food d’un centre commercial comme il en existe tant d’autres. Pourtant, Melvin n’est pas particulièrement à la recherche d’un emploi, emploi qu’il traite du coup par dessus la jambe. Non, ce qui l’intéresse, c’est un homme appelé Hubert Michaels et qui fréquente assidûment la chaîne de restauration. Si Melvin suit un américain obèse standard, c’est bien qu’il attend quelque chose. La combustion spontanée du bonhomme pour être plus précis. Et si Melvin est là, c’est qu’il est au courant de ce que le pauvre Michaels va subir. En compagnie de son ami Kenny, il surveille les apparitions des "burners" à la recherche du mystère de la mort de son père, décédé par le même phénomène étrange lors de l’anniversaire des trois ans de son fiston. Quand une journaliste sans quotidien fixe décide de s’intéresser à l’affaire, Melvin pourrait y trouver autant d’avantages que d’inconvénients mais décide tout de même de collaborer. Kenny a beau faire la tête, la journaliste est plutôt jolie ...

Mini-série en cinq épisodes, Spontaneous parle donc d’un phénomène prétendument existant, celui de personnes prenant feu sans qu’aucune source de chaleur exceptionnelle ne soit présente aux alentours. Classique parmi les phénomènes dont on cherche les fondements scientifiques, la combustion spontanée allie la violence avec l’image des flammes qui n’est pas sans rappeler l’Enfer. Joe Harris n’est pas dupe et utilise justement toute cette imagerie en tourmentant son héros, très motivé et très seul face à un traumatisme d’enfance. Le scénariste développe donc ses personnages avant de les lancer dans une enquête qui se révélera bien menée mais un peu trop classique. Si on n’a pas exactement toutes les infos sur le pourquoi du comment, on comprend assez vite comment Melvin intervient dans l’histoire et l’explication du phénomène étrange. Il y a tout de même un poil de finesse dans tout ça et Harris choisit de ne pas entièrement faire parler les personnages quand à leurs motivations, ce qui laisse une part d’interprétation pour le lecteur (notamment concernant Kenny) et utilise sa mise en scène pour faire comprendre des informations supplémentaires qui sonneraient faux si on pouvait les lire directement (style "le méchant dévoile son plan au gentil au moment où il pense gagner").

Brett Weldele est l’artiste et co-créateur du récit "Clones" (The Surrogates) qui a donné le film avec Bruce Willis. Il y a des choses qui semblent évidentes à la lecture de Spontaneous. La mise en couleurs n’est pas sans rappeler l’ambiance des planches de Ben Templesmith. Ceci étant, le trait est complètement différent, alliant réalisme en gros plan, et style plus cartoon dès qu’on s’éloigne des personnages. Le trait est vif et va à l’essentiel. Si les dessins ne semblent pas toujours "jolis", les pages gardent une certaine efficacité dans la narration.

Avec une fin loin d’être en forme d’happy end, Spontaneous est un récit classique qui gagne à être lu grâce à quelques bonnes idées aussi bien dans l’histoire que dans le traitement de celle-ci.


Pour acheter ce livre :

En VO : (en version reliée. Hors promo, la version digitale ne vous coûtera que 8 dollars pour les 5 numéros.)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0