Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Civil War > Civil War : Wolverine TPB

Civil War : Wolverine TPB

samedi 26 mai 2007, par Mathieu Doublet

(Marvel / Mark Guggenheim / Humberto Ramos)

Ce TPB reprend les numéros #42-48 de la série régulière.


La guerre civile et tout ce qui s’en suit est peut-être parti du désassemblage des Vengeurs et du jour de M, mais
l’événement le plus récent est tout de même le fiasco de Stamford où les New Warriors ont été confrontés à Nitro,
le tout résultant en la mort de plus de 600 personnes. Dont bien entendu, pas mal d’innocents.

Quant à Logan, il suit son petit train de vie entre les X-Men, les Vengeurs et son calendrier personnel. Après une
aventure très mouvementée, il assiste au massacre et est bien entendu convoqué à la grande réunion des super-héros
ainsi qu’à la discussion concernant l’enregistrement par le SHIELD de leur identité secrète et des pouvoirs qu’ils
possèdent.

Pour Wolverine, ce n’est pas le plus important. Car en ayant rendu sa part de service en déblayant les décombres de la
ville à la recherche de survivants, Logan sent en lui cette irrépressible envie de vengeance. Mais ni les Vengeurs (avec
un Tony Stark occupé et contre l’assassinat de Nitro), ni les X-Men (ne voulant s’impliquer dans la guerre civile, bien
accusés de tous les maux qu’ils sont) ne peuvent, ni ne veulent l’aider. Wolverine est donc tout seul, comme à son habitude
et devra grâce à son flair, ses griffes et son facteur X auto-guerisseur, tracer son chemin. En se doutant bien que cela
ne sera pas une partie de plaisir. Et il n’aura absolument pas tort.

Cet arc est finalement bien indépendant de Civil War. Car si tout part du gigantesque événement crossover s’étalant sur tout
l’univers Marvel (plus de 20 TPB pour couvrir la saga et surtout ses tie-ins), c’est finalement le parcours de Wolverine à la
recherche du coupable de l’explosion qui est le plus important pour le scénariste. Mark Guggenheim (transfuge de la télévision,
ce qui est une mode ces derniers temps, auteur de séries comme The Practice, "Law & Order / New York, police judiciaire" ou "CSI / Les Experts")
va dérouler cette histoire de vengeance et de responsabilité. Tout cela donne aisément plus de background, plus de sous-intrigues
et plus d’importance à une intrigue somme toute basique.

Il réussit aussi à donner dans la forme pas mal de petits trucs très agréables à lire. Chaque épisode commence par Logan expliquant
qu’il est le meilleur dans ce qu’il fait. Et à chaque numéro,
cette petite phrase est modifiée légèrement, apportant une ouverture comique à la
série. De comédie, il en est aussi question au travers des répliques de Logan qui ne sont pas forcément très surprenantes mais qui sont bien placées
et très cyniques. Guggenheim ne se gêne pas pour envoyer Wolverine dans ses derniers retranchements en matière de régénération et le numéro qui conclut cet arc en parle
aussi de manière très intéressante.

Bref, tout cela donne un bilan très positif à l’arc. Certes on pourra toujours y trouver à redire : le comportement de certains premiers ennemis de Logan est assez étrange,
la mise en scène laisse planer le doute quant à une éventuelle conspiration alors qu’il n’en est rien ; la femme du groupe invite Logan dans son lit en fin d’arc alors qu’elle
semble attachée à quelqu’un d’autre. Il y a aussi une planche se passant en Latvérie plutôt inattendue et qui ne sera nullement reprise par la suite.

Graphiquement parlant, c’est le retour d’Humberto Ramos chez Marvel après son départ de Spectacular Spider-Man et sa petite escapade chez Dark Horse (avec Revelations). Celui-ci
s’éclate visiblement à dessiner le titre. Le style est cartoony en diable mais n’est pas d’une perfection à toute épreuve. Logan a parfois un cou aussi large que son torse ou bien
se trouve dans des positions où son visage et ses fesses se trouvent du même côté de son corps. Ces cases laisseraient à penser que le dessinateur est un amateur mais je trouve son
style si agréable à lire, si fluide et si rond que les erreurs sont quand même facilement surmontables.

Bref, pour les amateurs de Civil War, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Par contre, si vous voulez une bonne histoire de Wolverine avec un cahier des charges bien rempli
et une valeur ajoutée aussi bien dans le fond que dans la forme, alors allez-y, cette lecture - certes rapide - vous fera passer un bon moment.


Pour acheter ce livre :

En VO : (à noter que le bas de la couverture est en réalité blanc)

En VF :

Cet arc est publié dans la revue presse Wolverine (Panini Comics / Marvel France).

Messages