Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Atomic Robo > Atomic Robo TPB 6 : The Ghost of Station X

Atomic Robo TPB 6 : The Ghost of Station X

lundi 7 mai 2012, par Mathieu Doublet

(Red 5 / Brian Clevinger / Scott Weneger)

Le bouquin reprend les cinq parties de la mini-série.

Quand la NASA a besoin d’un coup de main rapide, elle ne demande pas aux autres agences spatiales de s’en occuper. Non, elle contacter Tesladyne Industries et son patron, Atomic Robo. Celui-ci ainsi que toute son équipe a sept heures pour trouver un moyen afin de sauver un satellite et ses occupants qui a dévié de sa trajectoire et qui va soit se perdre dans l’espace infini, soit se consumer en rentrant dans l’atmosphère. Si Robo avait le moyen de rectifier cette trajectoire, autant dire que pas mal de monde serait soulagé. Et pile poil en pleine situation de crise, un anglais en costume contacte notre héros de métal pour lui apprendre qu’un immeuble vient tout simplement de disparaître. Autant dire que si la grand-mère de l’agent britannique n’avait pas écrit une note relative à ce bâtiment disparu, il y a plus de cinquante ans, Robo se sentirait un peu moins concerné mais il est bien obligé d’envoyer quelques uns de ses hommes s’occuper de l’affaire. Et les seuls disponibles rapidement sont deux scientifiques qui ont failli détruire l’univers, peut-être la raison pour laquelle ils sont assignés sur une base de Norvège à surveiller des potentiels ours polaires. Autant dire que Robo n’a absolument pas de marge de manœuvre ...

Et de six ! La série Atomic Robo montre qu’elle en a dans le ventre et même si elle flirte de temps en temps avec la dernière place du top 300, il y a fort à parier que les TPBs fonctionnent bien, que la fanbase est là et que Red 5 Comics est content du résultat obtenu. Pourquoi ne le serait-elle pas d’ailleurs puisque Brian Clevinger continue toujours à fournir son cocktail d’action / comédie dans un cadre scientifique aux limites du possible. En fait les deux genres sont surtout une histoire de timing, et Clevinger montre qu’il a maintenant suffisamment d’expérience pour livrer des scènes amusantes à défaut de se plier en deux et de l’action, en veux-tu en voilà, avec des anciens vilains prêts à tout et surtout à un maximum de destruction pour atteindre leur objectif. Bien entendu, la fin du monde est frôlée de peu mais Atomic Robo est là pour nous aider alors que le dernier numéro livrera enfin l’identité du cerveau derrière toute cette affaire. J’avais un peu peur que la révélation finale soit trop alambiquée et finalement, il n’en est rien, Atomic Robo se dote du coup d’un nouvel adversaire qui se trouvera être bien coriace et peut-être plus sérieux que les scientifiques nazis et autres docteurs dinosaures habituels.

Si Brian Clevinger est doué au scénario, Scott Weneger l’est tout autant quand il faut dessiner toutes les idées de l’histoire. Alors certes, les camions ne sont peut-être pas les véhicules préférés du dessinateur, mais pour le reste, avec une véritable envie de bien rendre tout ce qui est robotisé, Weneger assure. On retrouvera ce qui fait tous les atouts de l’artiste avec une galerie de personnages étoffée et un découpage clair et efficace (la scène du satellite est très bien réalisée et donne le ton de la mini-série). Alors oui, les décors sont souvent en mode minimal mais les couleurs de Ronda Pattison et la place du texte (grâce au travail de Jeff Powell) font que ce vide est relativement discret pendant la lecture.

The Ghost of Station X est donc une bonne mini-série tout comme les précédentes. Je n’ai pas encore réussi à comprendre pourquoi j’étais un peu moins emballé que par le passé puisque tous les éléments de réussite sont là et que j’ai passé un bon moment à lire cette histoire. Peut-être que la menace n’était pas aussi délirante que les précédents adversaires de Robo ... Encore que ...


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :