Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > X-Men Schism HC

X-Men Schism HC

mercredi 25 avril 2012, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Jason Aaron & Kieron Gillen / Carlos Pacheco, Frank Cho, Daniel Acuna, Alan Davis, Adam Kubert & Billy Tan)

Ce recueil contient :
- les cinq parties de la mini-série
- X-Men Regenesis #1


Il en aura fallu du temps mais ça y est, Cyclops et Wolverine arrivent enfin à se supporter, voire même à tisser une relation de confiance commune et d’amitié. C’est aussi pour cela que Cyclops se fait accompagner par le mutant griffu lors d’une conférence des Nations Unies à propos de l’armement. Summers, dans son temps de parole, demande à chaque pays de démanteler les Sentinelles que chaque pays possède. Une demande qui aurait pu être prise en compte si Quentin Quire ne débarquait pas subitement en pleine réunion. Une attaque psychique plus tard, voilà les diplomates de tous les pays qui annoncent en public leurs actes les plus inavouables : haine, meurtres, hypocrisie, tout ce qu’un homme politique garde pour lui afin de pouvoir être réélu.
Autant dire que l’effet produit est complètement contraire à celui espéré par le leader mutant. Voilà donc les programmes des Sentinelles tous réenclenchés et Quire, un terroriste de premier ordre. Mais quand Cyclops décide de garder Quire sur Utopia pour pouvoir le juger et garder les jeunes mutants inexpérimentés sur l’île pour qu’ils puissent devenir des soldats à part entière, il rencontre l’opposition de Logan qui ne voit pas du tout les choses du même oeil. C’est donc reparti pour un coup de baston tandis que le Hellfire Club subit lui aussi quelques changements.

Mis à part X-Factor, j’ai un retard plus que certain concernant les mutants (mes dernières lectures étant Second Coming et Birth of Generation Hope). Du coup, je m’y replonge par à coups surtout pour lire les grands événements qui les impliquent. Schism est bien entendu l’un de ses grands changements ou plutôt une manière de redéfinir le monde mutant avec ses 200 congénères et de retourner à un statu-quo légèrement différent. Autant dire que bien souvent, surtout quand c’est une série indépendante, ça n’est pas très folichon. Pourtant, dans le cas de Schism, Jason Aaron fait bien les choses. La relation Logan / Scott est bien posée, l’intervention de l’inattendu aussi (même si on se demande s’il n’y a pas un manipulateur derrière tout ça) et les différents conflits (mutants contre mutants et X-Men contre adversaires) inévitables. Ceci étant, le scénariste de Scalped va intégrer dans ce cadre classique des valeurs fondatrices en ce qui concerne les mutants. Si c’est l’éternelle menace des Sentinelles qui déclenche tout, le gros du conflit est surtout le sort réservé aux jeunes mutants qui intègrent Utopia. Là où l’école pour les jeunes surdoués de Charles Xavier leur permettait de maîtriser leurs pouvoirs pour ne pas être une menace ni pour les autres ni pour eux-mêmes, celle de Scott Summers et Emma Frost ressemble plus à un établissement militaire où la maîtrise des pouvoirs est intimement liée à la survie des mutants. Autant dire des objectifs complètement différents et complètement basiques aussi bien l’un que l’autre.
En tablant sur ce schisme, le concept mutant est élevé au rang de religion avec tout ce que cela peut comporter d’intégrisme. A ce petit jeu, c’est clairement Scott Summers qui s’en prend plein la tronche et qui devient encore plus antipathique que précédemment. S’il est plus sûr de lui que pendant le run de Matt Fraction, il devient un personnage très proche des convictions de Magneto. Les nouveaux vilains sont eux aussi, bien trouvés et s’ils ne sont pas entièrement crédibles, ils posent bien le problème d’une certaine jeunesse au sein de notre société.

Afin de réussir leur coup et de relever la franchise X-Men (dépassée depuis bien longtemps par le char d’assaut Avengers conduit par Brian Michael Bendis), Marvel a vu les choses en grand en appelant cinq grandes signatures à la rescousse. Alors oui, d’accord, Daniel Acuna est une signature bien modeste face à un Alan Davis ou un Carlos Pacheco. Ceci étant dit, s’il fallait ordonner le travail des artistes, je le placerais bien avant Adam Kubert qui n’arrive pas à tenir la qualité sur l’unique numéro qui lui est réservé. De leurs côté, Pacheco, Davis et Acuna livrent une copie digne de leur style, même si on a connu Acuna plus subtil au niveau de la colorisation. Quant à Frank Cho, je ne suis pas arrivé à comprendre s’il avait loupé ses designs ou s’il avait réussi à créer des personnages qui sortent de son style habituel. En tout cas, après une petite adaptation de l’oeil, le papa de Liberty Meadows s’en sort toujours aussi bien.

Schism est donc une étape importante dans l’histoire mutante (les séries ont ensuite été reprises au numéro 1) et demeure une lecture agréable avec de l’action, de la tension et un nouvel affrontement Cyclope / Serval.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0