Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Oni Press > Black Metal Vol.1-3

Black Metal Vol.1-3

mercredi 24 septembre 2014, par Mathieu Doublet

(Oni Press / Rick Spears / Chuck BB)


Sam et Shawn sont deux adolescents qu’on pourrait classer comme étant "à problèmes". Il faut dire que les deux ignorent qui est leur père et annoncent à tous ceux qui veulent l’entendre qu’ils ont tué leur mère simplement en naissant. Adoptée par une femme qui ne semble pas être capable de comprendre leurs soucis et frangins d’adoption avec un petit garçon très jeune et très bête, ils ont rapidement choisi une vision de la vie nihiliste et embrassé la culture du black metal. Autant dire que l’époque du collège / lycée, les tourmentes adolescentes et les descentes au centre commercial pour faire du shopping sont de véritables tortures. Ils ne voient donc pas mieux le lycée Ronald Reagan que les cinq autres écoles dont ils ont été virés. Quand Travis, un garçon assez excité, leur fait faire le tour de l’établissement, ils découvrent la jolie Becca qui a la bonne idée de porter un T-shirt Frost Axe, les plus "true" des groupes de black metal. Quand Sam et Shawn se paient leur disque et le jouent à l’endroit puis à l’envers, ils découvrent un monde parallèle et se trouvent en possession d’une épée démoniaque surpuissante que seul un démon disparu peut porter. Et ça, c’est le genre de choses qui peut retourner tout l’Enfer, voire même le Paradis.

C’est n’importe quoi ? Du grand n’importe quoi ? Oui, tout à fait, il y a dans Black Metal un savant mélange de légendes urbaines (le disque passé à l’envers qui contient des messages secrets) et toute une culture folk violente (on parle de forgeron et de déités nordiques - bref, on est aux limites du en plein pagan) qui font de ce comic-book une véritable ode au genre musical. Ceci étant, si vous n’êtes pas fanas des voix suraiguës et des blasts à la double pédale, ça n’est pas si grave parce que Black Metal, c’est avant tout une épopée de deux frangins asociaux qui vont se découvrir un destin hors du commun, qui vont voir leur fraternité mise à rude épreuve, accompagnés pendant tout ce temps par une belle brochette de seconds rôles qui auront leurs propres plans. Rick Spears arrive donc à conjuguer le récit de baston entre démons et des personnages caricatures d’adolescents avec tout ce que cela peut comporter de manque de confiance en soi, de prise de positions entières et de caractère à fleur de peau.

Chuck BB est le dessinateur de la série et ce dernier a un style bien particulier. Ne vous fiez pas au format "digest" des bouquins parus chez Oni Press, on est à cent mille lieues du manga. Plus proche d’une récente école d’animation américaine, parfois ressemblant du Grrrrr en beaucoup plus propre, il y a une véritable puissance dans les planches aussi bien dans les combats qui pourront avoir lieu que dans la représentation d’une musique dont un des buts est de vous coller au mur. Les personnages sont à la fois ressemblant et pourtant on n’est jamais perdu pour savoir qui est qui, le script et la mise en scène étant très clairs.

Black Metal est donc un récit fun, souvent comique, plein d’action qui s’adresse aussi bien aux fans du genre musical (qui prendront certains gags avec immense respect ou avec dérision - un peu comme la musique) qu’à ceux qui y sont totalement hermétiques. Chaque volume contient une vraie partie d’histoire, on en a pour son argent et on n’a pas à attendre une suite pour être repu niveau lecture. Un troisième volume qui contiendra la dernière partie du récit est en cours de production et pourrait voir le jour au début de l’année prochaine. L’attente va être longue ...

P.S. Si vous avez joué à In Nomine Satanis / Magna Veritas, cette lecture est pile poil dans le même créneau.


Mise à jour suite à la parution du volume 3 : Eh oui, il en a mis du temps à sortir ce troisième opus. Plus de 2 ans ! Et heureusement, on ne peut pas être déçu parce que les auteurs vont nous proposer. Conclusion cathartique, toujours bourrée d’humour irrévérencieux, c’est la part belle à l’action et aux retournements de situations qui sont suffisamment peu nombreux pour ne pas saouler le lecteur. C’est du bon, du true, du qui déchire et la toute fin est archiplaisante.

A la limite, je ne serais vraiment pas contre un petit épilogue ... ou un volume 4.

1 Message

  • Black Metal Vol.1 et 2 17 avril 2012 13:19, par Snoopy

    Tu as fini de me convaincre de prendre ces deux volumes. Je les avais notés dans mon petit carnet de trucs à acheter. Mais n’ayant pas de retour, j’ai un peu oublié de les prendre. Mais là, je suis conquis. :)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0