Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Critical Millenium : The Dark Frontier #1-4

Critical Millenium : The Dark Frontier #1-4

jeudi 9 février 2012, par Mathieu Doublet

(Archaia / Andrew E. C. Gaska / Daniel Dussault)

Thomm Coney a 17 ans, l’âge légal pour disposer de la fortune de sa famille qui a perdu la vie dans un accident de la route tragique
d’où seuls le jeune homme et l’actuelle premier ministre (en poste depuis quarante ans) ont réussi à sortir indemne. Ce dernier est
bien entendu abordé par pas mal de monde qui cherche à se faire financer. Mais les millions de millards de roupies sur le compte de
Coney sont pour l’instant plus investis dans la fête avec de l’alcool et les filles que dans un projet ambitieux.
Cela change quand
des scientifiques expliquent à Coney que si le Grav Ball conçu par son grand père équipe la plupart des véhicules populaires, ils ont
réussi à en construire un beaucoup plus grand qui permettrait le voyage vers d’autres planètes inconnues. Comme la plupart de sa famille,
Thomm est convaincu que la Terre est sur le point de changer et de ne pas laisser l’occasion aux humains de vivre encore bien longtemps
sur la planète bleue.
L’annonce d’une possibilité de partir dans l’univers à la recherche de nouveaux endroits à coloniser se présente donc
comme la finalité de tous les efforts de sa famille, même si cela va à l’encontre des intérêts des politiques du coin, notamment la gestion
des Ghosts, ces habitants à peau blanche qui sont la nouvelle race de parias. Et vu que tout va très vite de l’avant, il est fort possible
que des terroristes prennent part à tout ce bazar.

Bazar ? Hé bien, oui, je ne vois pas vraiment d’autre mot pour résumer les quatre numéros de la mini-série. Il faut dire que Andrew E.C. Geska
s’y prend d’une drôle de manière en nous présentant la fin de son histoire au début du premier numéro. Il est donc sûr et certain que les événements
qui suivent sont des flash-backs. Encore que, à certains moments, on peut se demander si Thomm Coney n’a pas fait un petit tour de voyage dans le temps.
Mais à cette question, il n’y aura pas de réponses. Pas plus qu’un retour sur les événements du premier numéro. Cela m’a posé un véritable souci de lecture
parce que j’attendais une suite à quelque chose d’impressionnant et que j’ai dû me contenter que d’explications sur les premières pages de l’histoire. D’autant
que les personnages présentés à bord du vaisseau spatial sont vraiment très enjoués alors que tout ce qui va les conduire à être propulsés dans l’espace est tout
sauf joyeux.
Le comic-book est aussi plus complexe à lire que les autres à cause de la densité des pages. Il ne sera pas donné d’occasion pour respirer, la bande dessinée étant
très bavarde en terme de voix-off, des inscriptions ressemblant à des textes référents arrivant eux aussi en scène (et pas dans une cartouche ce qui fait qu’ils sont
encore plus difficiles à lire), le tout dans une mise en page très très compacte.

Dommage parce que Daniel Dussault fournit tout de même de jolies illustrations. Le souci, c’est que, comme c’est souvent le cas dans les comics peints, les ambiances sombres
sont souvent peu contrastées et qu’on a du mal à se représenter ce qui se passe avec exactitude. J’ai donc bien compris ce qui se passait, qui était qui, mais le tout
m’a demandé une attention plus élevée que d’habitude. Du coup, la fluidité qui n’était pas donnée avec le texte ne l’est pas non plus avec les dessins. Dommage.

Critical Millenium est donc une histoire incomplète qui fait forcément appel à une suite et qui demande beaucoup d’efforts de la part du lecteur. Dans le fond, j’ai trouvé
que le traitement de l’envol d’une navette spatiale était beaucoup trop long et j’aurais préféré savoir ce qui se cache après la douzième page du premier numéro. Frustrant.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

Pas disponible sur Amazon.fr