Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Superman > Superboy : Smallville Attacks TPB

Superboy : Smallville Attacks TPB

mardi 7 février 2012, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Jeff Lemire / Pier Gallo, Marco Rudy, Daniel HDR, Pete Woods, Cafu, Paulo Siqueira & Andrew Mangum)

Ce recueil reprend les numéros 1 à 11 du quatrième volume de la série régulière (si elle n’avait pas été rebooté avec le reste de l’univers DC dans le cadre des New 52.)


Du haut d’un château d’eau (ou d’un silo), Superboy admire un jeune garçon se prenant pour un super-héros en se demandant ce qu’il aurait été s’il avait pu vivre une jeunesse comme la plupart des gens en dehors de ses pouvoirs particuliers. Etant un clone synthétisé à l’âge adolescent (moitié Superman / moitié Lex Luthor au niveau de l’ADN), la jeunesse est un concept qui lui est complètement étranger. Et d’étranger, c’est un fantôme qui l’aborde (si ma formulation est trop cryptique, je parle bel et bien du Phantom Stranger), un fantôme très peu précis quand il lui apprend qu’une menace plane sur Smallville et qu’il a un rôle à jouer dans la prévention de cette catastrophe. Il va d’abord lui falloir sauver Ma Kent d’une mauvaise chute avant d’affronter nul autre qu’un Parasite en pleine forme. Et si les choses n’étaient pas suffisamment compliquées, Poison Ivy débarque et demande une alliance. Tout cela et la vie scolaire de Conner Kent, entre le jeune savant-fou Simon Valentine et Lori Luthor, la nièce de vous-savez-qui.

Jeff Lemire est l’auteur d’Essex County, Mister Nobody ou encore Lost Dogs. Autant dire des récits à cent mille lieues des super-héros. Alors quand la nouvelle de sa reprise de la série Superboy est apparue, autant dire que cela éveilla quelque peu l’attention. Pourtant, Jeff Lemire est un fan de comics canadien et a donc été élevé "comme tout le monde" aux revues Marvel et DC. En prenant Superboy, il garde cette dimension champêtre (qu’on peut retrouver dans Essex County par exemple) et lui adjoint bien entendu un sacré paquet d’action. Si Conner Kent va devoir se farcir Parasite, ça ne sera qu’un premier adversaire d’une belle brochette dont la synchronicité est toute sauf innocente. Il règle l’affaire en onze numéros de la meilleure façon qu’il soit, sachant qu’il y a un épisode estampillé Reign of Doomsday qui n’a pas grand chose à voir avec tout le reste (crossover des séries Super- oblige) et que l’ombre du reboot de l’univers DC plane. Alors certes, il semble que le plan de Lemire était bien plus large, plus détaillé et tous les éléments de l’intrigue ne pourront naturellement pas trouver une fin satisfaisante (notamment pour le nouveau venu Psionic Lad).

Superboy semble vraiment une série ouverte à tous les tests puisque non seulement il s’agit d’un nouveau scénariste mais aussi d’un nouveau dessinateur. Pier Gallo, dessinateur italient, a d’abord bossé sur quelques numéros d’Adventure Comics avant d’attaquer ce run sur Superboy. J’aime beaucoup le style du dessinateur qui fournit de belles pages avec des mises en scènes variées. Ceci étant, il y a un côté poupée plastique chez ses personnages qui ne m’a pas franchement convaincu, la palme étant descernée à Superboy lui-même dont le visage m’a franchement perturbé. Pour le reste des personnages, même ceux connus (comme les membres des Titans), cela m’a moins dérangé. Globalement donc, la qualité est là et Poison Ivy est toujours "pfffff" ...

Smallville Attacks est donc un ouvrage super-héroïque très conseillé, classique mais avec ses moments de bravoure, donnant une aventure complète malgré des embûches éditoriales pas toujours facile à intégrer. De la qualité donc même si c’est loin d’être incontournable.


Pour acheter ce livre :

En VO : (note : la couverture n’est pas de Phil Noto mais celle du #11 dessinée par Karl Kerschl)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0