Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Green Lantern > Brightest Day Vol.3

Brightest Day Vol.3

jeudi 29 décembre 2011, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns & Peter J. Tomasi / Ivan Reis, Patrick Gleason, Ardian Syaf, Scott Clark & Joe Prado)

Ce livre contient les épisodes 17 à 24 de la maxi-série (mais en vrai, je les ai pris lors de la promo à 0.99$ sur Comixology).


Mais où se trouvent donc Ronnie et Jason, les deux composantes de Firestorm ? En plein dans le noir ? Non, il s’agit en réalité d’ombres vivantes et ils comprennent donc rapidement qu’ils ont été projetés dans le monde de l’Anti-Monitor. Pendant ce temps, Deadman continue de roucouler avec Dove et pense à son grand-père, Hawkman & Hawkgirl se battent contre la belle-mère avec l’aide de Carol Fenris, membre des Star Sapphires, Aquaman gère l’attaque des Atlantéens et le Martian Manhunter s’occupe de l’autre martienne encore en vie. Bien entendu, la White Lantern va se balader et manipuler tout ce petit monde pour enfin arriver au final de Brightest Day.

Ouf ! 24 numéros pour en arriver là ! J’avoue avoir aimé les derniers numéros de la maxi-série qui s’inscrit complètement dans la continuité de l’univers DC, prolongeant effectivement Blackest Night (s’il était nécessaire d’en savoir plus sur les lanternes noires, vous ne serez pas déçus) et introduisant l’univers du New 52 (les personnages ressuscités ont tous un rôle important ou carrément une série à eux lors du relaunch). J’ai bien aimé la manipulation de la White Lantern, là où elle venait en venir, comment elle a installé ses pions pour vaincre le Mal et finalement, cette espèce de grand nettoyage (au niveau écologique, dirais-je) de l’univers DC. Donc oui, au final, Brightest Day méritait d’être lu. Mais bon sang, 24 numéros ! En 12 tout aurait pu être largement bouclé, les affaires des uns et des autres mettant véritablement trop de temps à être réglées. Entre un premier volume introductif et un second assez pénible à lire, oui, la série aurait gagné à être condensée.

Visuellement, rien à dire, c’est exactement pareil qu’avant. Le combat d’Hawkman et Hawkgirl est plongé dans le rose le plus horrible et les couleurs flashy auront leur part à jouer lors du final qui n’est pas sans rappeler le spectre des Lanternes et cette fois-ci, dans un rôle plus terre à terre (ha ha, bon OK, si vous n’avez pas lu le bouquin, vous ne comprendrez pas).

Bref, au final, si on peut vous raconter Brightest Day ou si un jour la fiche Wikipedia de la série se voit dotée d’un résumé complet, autant vous contentez de ça, d’autant que si vous voulez vous faire l’expérience totale, il vous faudra jeter un oeil sur Justice League : Generation Lost ainsi que divers titres répartis de ci de là. Le tout s’enchaînant logiquement avec War of The Green Lanterns, paraît-il.

P.S. Ah, comme je l’indique dans le chapeau, j’ai pris les 8 derniers numéros à 1 dollar lors d’une promo sur Comixology, pas envie de payer au prix fort ce dernier arc.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0