Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy

The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy

mardi 19 décembre 2006, par Mathieu Doublet

(DC / John Carnell / Steve Leialoha)


L’histoire, si vous n’avez ni lu le livre ni vu le film, est la suivante : Arthur Dent se lève un beau matin pour se rendre compte que sa maison va être détruite pour laisser le passage à une bretelle de circulation. Dent n’en a quasiment jamais entendu parler et se couche devant le bulldozer afin d’empêcher la destruction de son logis. C’est alors qu’apparaît son ami Ford Prefect qui le convainct d’aller boire une bière (voire même 5 ou 6) et de laisser sa maison tomber en ruine. Dent va alors apprendre deux choses :
- la première, c’est que son ami Prefect n’est point originaire de Guilford, Angleterre mais d’une petite planète aux confins de Betelgeuse.
- la seconde, c’est que la Terre va être détruite dans cinq minutes.

Les deux choses se révèlent exactes et Ford et Arthur font de l’auto-stop clandestin à bord d’un vaisseau Vogon, des extra-terrestres procéduriers dont la tâche est d’éliminer la planète Terre qui se trouve elle-même dans le tracé d’une bretelle de circulation inter-galactique.
Les aventures pour Arthur Dent ne font que commencer et Ford lui présentera l’objet indispensable pour se balader dans l’espace (en dehors de la serviette de bain) : le guide du routard inter-galactique dont Ford est l’un des rédacteurs.

A partir de là, c’est du grand n’importe quoi (Rappelez vous que la réponse à la question de la vie, de l’univers et du reste est 42 !) et Douglas Adams ira jusqu’à pousser le grand n’importe quoi pendant cinq romans (disponibles aux éditions Folio SF en français sous le nom de Le guide galactique). En 1993, Adams a déjà à son actif un show radiophonique et trois romans. Hollywood lui a donc déjà suggéré d’adapter son bouquin pour en faire un film. Malheureusement, le film coûte une véritable fortune et ne sera finalement réalisé que plus de 10 ans plus tard. Reste donc à Adams, le comic-book comme media encore non exploré. DC est déjà la propriété de Warner Bros, ça tombe bien. Une adaptation officielle est donc possible. Ce seront John Carnell et Steve Leialoha, tous deux britanniques, qui se chargeront de l’adaptation, le premier au scénario et le second aux dessins.

Et c’est là que ça se gâte. Est-ce parce que je lis ou vois cette histoire pour la troisième fois ? Est-ce parce que le bouquin ne fait preuve d’aucune réelle originalité visuelle (alors que le film réussit à très bien illustré le roman) ? Est-ce parce que 3 fois 48 pages ne suffisent absolument pas à retranscire la richesse du roman ? Est-ce parce que les couleurs de Lovern Kindzierski (surtout quand arrivent les illustrations du Galactique complètement illisibles) sont réellement hideuses ? Est-ce parce que Leialoha est meilleur encreur (récemment sur Fables) que dessinateur ? Toujours est-il que cette adaptation en bande dessinée est une déception. Je ne sais pas vraiment ce que j’en attendais mais ça n’était clairement pas ça. La preuve en étant que je me suis endormi à de nombreuses reprises dessus et que je n’ai pas eu plus envie que ça de m’y remettre.

Reste à savoir si la suite est meilleure ou de même qualité puisque Le dernier restaurant avant la fin du monde et La vie, l’univers et le reste ont eux aussi été adaptés en comic-book.

P.S. Pour de plus amples informations sur la saga du Guide du routard intergalactique, je ne saurais trop vous conseiller le bouquin de Neil Gaiman s’appelant "Pas de panique !", riche, sérieusement documenté, drôle à lire même si on ne connaît pas la saga dont elle parle.


Pour acheter ce livre :