Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Black River

Black River

vendredi 25 novembre 2011, par Mathieu Doublet

(215 Ink / Ed Brisson / Jhomar Soriano)

Alex, Shorty et Vince sont dans un commerce bien particulier : celui de faucher des camions, de récupérer la marchandise et d’ensuite la refourguer histoire de se faire un peu de pognon. Le souci, c’est que c’est souvent la loterie suivant ce qu’il y a dans les camions. Et cette fois-ci, c’est le super gros lot : des cartons plein d’armes ! Pour Vince, c’est l’occasion de faire un joli coup avec des sommes qu’ils n’ont encore jamais atteintes. Pour Alex, c’est déjà plus compliqué : et d’une, les propriétaires des armes vont bien finir par rappliquer ce qui signifie de gros gros problèmes ; de deux, ça ne va pas forcément être super simple à liquider surtout quand on n’a pas les bons contacts.
Mais les frangins ne savent pas qu’à Black River, quelqu’un est motivé pour faire de la ville, un coin respectable.

Des comics comme ça, c’est bien simple, on n’en fait plus, ma pauv’ dame. Ed Brisson démarre très classiquement son histoire, afin de bien présenter les personnages qu’on comprenne leurs différents points de vue et les soucis qu’ils vont rencontrer. Et puis, paf à la moitié du comic-book, le truc qu’on n’attendait pas forcément (surtout si on n’a pas vraiment regardé la couverture assez générique), et là, une fois de plus, on prend le lecteur par la main, pour lui faire une clé de bras à trois pages de la fin et lui offrir un dernier coup juste pour l’achever. C’est un peu ça Black River, le triple effet Kiss Cool.

Graphiquement, c’est aussi assez réussi dans un style réaliste et violent. Jhomar Soriano propose une belle galerie de personnages qui sont correctement représentés à chaque case, peu importe l’angle de vue. Les cases ne font jamais vides et la colorisation de Dean Trippe est elle aussi à saluer. Tension lors de discussion, grosse action pendant la scène de fusillade, c’est nickel avec un style à la Timothy Green II.

Black River est une très bonne surprise. Peut-être pas un comic-book incontournable mais un one-shot super efficace que Quentin Tarentino ne renierait certainement pas. Efficace tout simplement.


Les différents blogs des auteurs :
- Ed Brisson
- Jhomar Soriano
- Dean Trippe
- La page de la BD sur 215 Ink