Onirique Comics 7.1

Accueil > Premiers essais > Benjamin and the Fish #1

Benjamin and the Fish #1

mercredi 23 novembre 2011, par Mathieu Doublet

(215 Ink / Adam Wilson / Alex Schumacher)


Quand les maîtres de la fouine Benjamin s’en vont, celui-ci cherche son ours en peluche Fish afin de vivre le plus paisiblement sa vie de chat. Mais Mr. Fish indique à son ami qu’il y a quelque chose derrière la bibliothèque et ce quelque chose, c’est un endroit merveilleux, dans la plus pure tradition des contes de fées. Sauf qu’en arrivant, Benjamin et Mr. Fish se rendent compte qu’un paquet de gens se pressent pour fuir un dragon peu amical. Par un concours de circonstance, le héros va devoir résoudre ce problème de dragon qui n’est pas si mauvais qu’il en a l’air.

Le label 215 Ink se diversifie et après des récits comme Vic Boone ou encore Breakneck, il se décide à passer dans le all-ages. Benjamin & The Fish est un titre tout mignon effectivement destiné aux plus jeunes lecteurs avec une histoire qui se tient sur 23 pages. Les héros sont sympathiques et le fait que l’ours en peluche s’appelle "monsieur poisson" est un signe que les auteurs n’hésiteront pas à aller dans le grand n’importe quoi. Ceci étant, Benjamin & Mr. Fish n’a pas pour vocation de faire exploser de rire le lecteur. On est plutôt en face d’un récit comme on peut en trouver dans les séries animées jeunesse. Le traitement, le développement et la résoluton de l’intrigue sont classiques mais bien faits. Il y a une bonne humeur et une bonhomie dans tout le comic-book qui montre bien qu’on est en face de quelque chose de très mignon et qu’on peut confier à n’importe qui.

Le côté mignon tout plein est bien entendu aussi l’affaire d’Alex Schumacher, l’artiste. Dans la version que j’ai pu lire (Convention Exclusive), les pages étaient en noir & blanc. Le manque de décor, la simplicité des lignes font que le tout a un côté très simple, trop simple. Mais il est quasiment assuré de voir le même comic-book en couleurs, c’est d’ailleurs à mon humble avis une condition requise pour faire un véritable carton auprès des plus jeunes (à moins qu’on soit dans l’optique album à colorier mais je ne crois pas que ce soit le cas). Le design et les expressions des personnages sont vraiment très sympathiques et le tout montre un savoir-faire certain dans ce style.

S’il y avait un reproche à faire à Benjamin & The Fish, c’est que le comic-book est complètement inoffensif. Comprendre par là que ça manque un peu de vivacité mais c’est tellement mignon qu’on a envie que le titre gagne quelques lecteurs.


Le blog du scénariste : http://asplashpage.blogspot.com/
Le site de 215 Ink : http://215ink.com/site/