Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > Terry Moore > Echo TPB 6 : The Last Day

Echo TPB 6 : The Last Day

dimanche 14 août 2011, par Mathieu Doublet

(Abstract Studios / Terry Moore)

Ce TPB reprend les derniers numéros de la mini-série, du 26 au 30.


L’Alaska, c’est beau mais c’est froid. Et surtout, c’est désert, ce qui est plutôt pratique quand on cherche un endroit assez discret où on peut placer une expérience capable de créer un trou noir quitte à ce que cette expérience rase la planète entière. Débarrassée de son ennemi plus ou moins involontaire, Julie va devoir arrêter le Phi Collider avec l’aide d’une Ivy toujours plus rajeunie, d’un Dillon qui ne sait plus trop quelle part de sa copine est dans le corps d’Annie et Vijay, un scientifique d’HenRi ayant eu très chaud aux fesses. Tout ce petit monde n’a plus que quelques heures avant une probable fin du monde, il va donc s’agir de se dépêcher. Enfin, se dépêcher c’est bien, mais savoir où on doit aller, c’est encore mieux.

Et voilà comment on termine une bonne série. Sur un bang, bien entendu. Je n’en dirai pas plus et vous laisserai le plaisir de lire la fin qu’a réservé Terry Moore à tous ses personnages. Il est intéressant de voir comment Moore mêle science et convictions religieuses, et ce, peu importe la pratique de cette religion. L’homme a toujours eu la fin du monde dans la tête, l’a toujours envisagée, a toujours su qu’elle arriverait mais visiblement a aussi une énorme envie de courir à toutes jambes pour l’embrasser. C’est peut-être l’une des morales de l’histoire avec celle que l’homme est un animal qui va chercher à détruire tout ceux avec qui il ne s’entend pas. Heureusement, qu’il y a aussi certains humains capables d’actions humanistes et créatrices.
Le rythme de lecture est bien entendu soutenu, quelques scènes perturbent un peu le gros de l’histoire mais ne peuvent pas être évitées sans écrire un Deus Ex Machina qui aura gâché la fête. Du coup, la lecture en fascicules est un peu frustrante, les cliffhanger étant tout sauf de grandes splash-pages. Tant pis, ça n’est pas bien important, on peut les relire avec un plaisir toujours renouvelé et avoir une bonne tranche d’histoire avec les TPBs. Action donc mais aussi émotion et frustration, le temps que nos héros sachent réellement quoi faire. Les relations sont toujours bien écrites et amènent à la fois un sentiment d’urgence mais aussi un peu d’humour qui allège un peu le tout sans complètement le désamorcer.

Au dessin, même punition ou même plaisir : Terry Moore ne changera pas la donne. Les héroïnes sont toujours aussi sexys (avec même une scène de douche, un poil fan-service) et les héros aussi sympathiques. Mention à la foultitude de détails, même en Alaska où il neigera et assez fort. Je ne sais pas si un flocon de neige peut donner des crampes aux mains des dessinateurs, mais cela ne me surprendrait pas outre mesure. Le final est bien entendu à la hauteur du récit avec tout le percutant nécessaire.

Tout ne sera pas dit, décortiqué, expliqué dans les dernières pages d’Echo. Au lecteur de combler les légers trous d’intrigue et de se poser les questions par rapport à ses convictions religieuses. Et les fans de film fantastiques apprécieront le clin d’œil de dernière case qui permet de terminer Echo sur une note familière. Echo est une superbe série d’anticipation policière, fantastique et science-fictionnesque avec de superbes dessins. Terry Moore a remporté son pari et pour ceux qui auraient loupé le train, une intégrale vient d’être publiée.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com : (TPB puis intégrale de la série)

Sur Amazon.fr :

En VF :

Il faudra être un peu patient, le temps que Delcourt publie cette fin, il y a bien quelques mois à attendre.

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0