Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Young Justice #0-4

Young Justice #0-4

jeudi 29 septembre 2011, par Mathieu Doublet

(DC Kids / Art Balthazar, Franco, Kevin Hopps & Greg Weisman / Mike Norton)


Quand il y a des grands qui sauvent le monde, c’est dur d’être un adolescent qui ne sert quasiment que de faire-valoir. C’est le
dur métier de sidekick et il faut passer par là avant d’espérer pouvoir voler de ses propres ailes. Pourtant, Robin (Dick Grayson) et
Kid Flash (Wally West) et Aqualad vont quand même sans autorisation pénétrer dans les laboratoires Cadmus et découvrir que ceux-ci
tentent de cloner Superman. Ce qui donnera naissance à Superboy qui n’a pas grand chose d’autre à faire que de se joindre aux trois
autres ados. Mais créer une super-équipe junoir avec si peu d’expérience, ça n’est pas forcément du goût des adultes et Batman se donne
trois jours de réflexion avant de donner son aval.

Bon vous savez bien qu’il le donnera cet aval et qu’une nouvelle équipe de justicier sera créée. Sortant de toute continuité, plus proche de
la série diffusée sur Cartoon Network, Art Balthazar et Franco scénarisent une nouvelle série pour DC Kids après l’annulation de Billy Batson
& The Magic of Shazam. Ils ont donc à leur disposition un ensemble de départ comportant : Robin, Kid Flash, Aqualad et Superboy auxquels ils ajouteront
une légère dose féminine en la personne de Miss Manhunter et, à en croire la couverture du #1, Speedy, même si cette dernière ne devrait apparaître
que dans le numéro 8.
Au programme, des ados mal dans leur peau qui tentent le plus possible de concilier leur enthousiasme et la discrétion à laquelle on les oblige pour
ne pas se faire remarquer (et éventuellement mal faire voir les adultes). Balthazar & Franco réussissent très bien à rendre cette envie pressante d’aller
au combat et l’injustice que les jeunes héros ressentent face au regard de leurs mentors respectifs. Si Robin est pressé de montrer ce qu’il sait faire avec
une légère dent contre Batman, Aqualad est plus respectueux de son roi tandis que Superboy cache une mélancolie alors qu’il voudrait vraiment pouvoir discuter
avec Superman. Kid Flash reste un bout en train tandis que Miss Martian ne fait pas encore partie du jeu. D’ailleurs, c’est plutôt bien venu de la part des
scénaristes de lancer des intrigues séparées pour une équipe qui ne l’est pas encore. Superboy, qui n’est pas intégré, devra vaincre un Joker très vicieux tandis
que le trio de départ ne veut pas de Superboy ou de la protégée du Martian Manhunter qu’ils jugent encore trop peu expérimentés. L’occasion de signer des histoires
courtes et de prendre la température d’une équipe qu’il va falloir souder. C’est certainement le point essentiel d’intrigue qu’on retrouve aussi dans le
"Young Justice / Batman The Brave & The Bold Super Sampler" (ouf !) paru à l’occasion du Free Comic Book Day. Le numéro #0 est confié à deux scénaristes du dessin animé qui font leur boulot et permettent de relier la série au comic-book.

Le liant dans tout ça, c’est Mike Norton. Il se charge des dessins aussi bien dans la série que dans le Sampler. Le dessinateur a déjà collaboré avec les scénaristes
sur Billy Batson et il sait se coller au style d’une série animée en modifiant légèrement son trait (par rapport à ce qu’il pouvait faire sur Green Arrow & Black Canary par exemple).
Norton, c’est la solidité même tout simplement. Il livre des planches qui ont la patate et, mises à part quelques cases, montre qu’il maîtrise parfaitement ses personnages avec ou sans
masque. Je ne suis pas un fan inconditionnel de son travail qui manque d’un petit quelque chose de plus personnel mais c’est un artisan qui sait absolument ce qu’il fait et qui le fait bien.

Cette série Young Justice manque un peu de la folie des scénaristes qui ne laissent paraître qu’à certaines occasions avec des bulles venant de personnages qui sont sortis de la case
depuis bien longtemps. Il est dommage que ce comique de situation (grosso modo Robin et Kid Flash qui rentrent dans le tas face à un Aqualad plus mesuré) ne soit pas plus présent. J’ai un peu
peur que le cahier des charges et le fait que la série télévisée soit le produit originel ne demandent trop de contrôle quant au comic-book. On verra bien avec le temps mais pour lors, Young Justice
se destine surtout aux spectateurs de la série.