Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Welcome to Oddville !

Welcome to Oddville !

mercredi 7 septembre 2011, par Mathieu Doublet

(AdHouse / Jay Stephens)

A Oddville, il y a la petite Mélanie Ilk, son escargot domestique, un chat perdu qui s’appelle Kyle, un bonhomme de neige Sloshy qui fait copain
copain avec une flamme appelée Fire ou encore Bandage, le pansement parlant. Mais il y a aussi Mr Suckley, Bela Kiss ou encore Avery qui sont comme
autant de figures du mal que Jetcat, la super-héroïne de la ville doit vaincre qu’elle soit en costume ou en civil (sous le nom de Mélanie, voilà,
la boucle est bouclée).

Welcome to Oddville est donc un web-comic-strip qui a la chance de paraître par la suite
dans l’hebdomadaire pour jeunesse, Brand New Planet. AdHouse a donc la bonne idée de tout compiler et d’offrir tous les trips de Jay Stephens dans
un bel album cartonné.
Stephens s’intéresse donc tout d’abord aux aventures de Mélanie, petite fille devant affronter des insectes voulant dominer le monde ou des singes gargantuesques
pas super finauds. Comme souvent dans le genre, il faut une période d’acclimatation afin de bien profiter du comic-strip et de son humour particulier. Pour l’auteur,
ce sera surtout une espèce de non-sens relativement doux qui sera la première arme déclencheuse de rigolade. Du coup, de rigolade à s’en taper la cuisse, il ne sera
pas vraiment question (en tout cas, chez moi, ça n’a pas fonctionné) par contre, tous les strips apportent le sourire ne serait-ce qu’avec la palanquée de personnages
complètement bizarre avec les espèces de ronds tout verts, la tête de Boris Karloff ou encore Toupee, le mini loup-garou. Stephens va se faire un plaisir de mélanger tout
ce petit monde ou d’y apporter des pièces carrément étranges (Avery, le demi-frère maléfique de Mélanie, arrive comme ça alors que sa mère vient soudainement de se remarier
sans en avoir jamais parlé à sa fille).

Le graphisme de ce genre de choses se doit d’être agréable à l’oeil, d’autant plus si la cible visée est jeune. On a droit à des personnages ayant tous de très bonnes bouilles,
avec un graphisme tout en rondeur et un encrage épaississant le trait et simplifiant la lecture des gags. Le dessin a toute la patate nécessaire et a été apparemment adapté en
dessin animé (Jetcat ferait partie des héros de la série décalée Kablam chez Nickelodeon.

Voilà donc un strip agréable à lire sans qu’il déclenche une grosse poilade et qui est donc orienté vers les plus jeunes des lecteurs.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :