Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Gladstone’s School for World Conquerors #1-6

Gladstone’s School for World Conquerors #1-6

jeudi 5 janvier 2012, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Mark Andrew Smith / Armand Villavert)


Non, on ne vous ment pas : Gladstone’s School for World Conquerors est bien un établissement destiné à tous les apprentis
vilains qui cherchent à dominer tel ou tel univers. Cours en explosifs, sur la gestion d’hommes de main, en psyché de super-héros
ou encore en phrase de victoire ... Il y a tout pour devenir un parfait criminel et tant pis si l’adage dit "Ceux qui savent le font,
les autres l’enseignent.", cette école est tout bonnement parfaite pour des gens comme Kid Nefarious ou même Mummy Girl. Encore faut-il
bosser, qu’on soit génie scolaire ou génie du mal.

Dans ce premier numéro de Gladstone School for World Conquerors (si j’ai la flemme, j’écrirais GSfWC), Mark Andrew Smith (Amazing Joy Buzzards, New Brighton Archeological Society ou encore l’anthologie Popgun) nous présente bien entendu l’école mais aussi les élèves qui seront, à n’en pas douter, les héros des récits à venir. L’école en elle-même est construite sur une espèce d’accidents entre deux super-vilains qui montre que finalement, certains de ses méchants ne le sont pas tant que ça ou savent aussi posséder de temps à un autre un petit coeur qui bat.
Quant aux élèves, ils sont comme partout ailleurs : il y en a des bons, des mauvais, des gentils (enfin légèrement gentils) et des méchants (mais alors très très méchants), des bosseurs, des rêveurs et des élèves qui ne peuvent pas supporter être les premiers de la classe. A travers ce premier numéro, le scénariste montre aussi qu’entre l’école et le monde réel, il y a quelques subtilités dont les enfants n’ont peut-être pas complètement conscience.

Armand Villavert, en tant que collaborateur de Mark Andrew Smith, passe après des gens comme Dan Hipp ou Matthew Wheldon qui ont des styles très particuliers. Pour Villavert, c’est moins le cas. Il a par contre une très belle panoplie de personnages dont le design est très réussi et qui se différencient bien les uns des autres. Dès qu’il y a des costumes, des masques, des gadgets ou des parties extra-terrestres, c’est le bonheur total. Je suis par contre moins branché par sa version de Superman (ben oui) qui montre trop les influences mangas de l’artiste. De même, les cases sont parfois un peu trop vides, tous les traits donnant de la vitesse aux personnages étant clairs, ils ne remplissent pas la page comme c’est le cas chez les artistes japonais. Quant à la mise en page, si le découpage des cases "en travers" ne donne pas vraiment grand chose, le tout est très lisible.

Gladstone’s School for World Conquerors est donc un titre pour l’instant pour tous les lecteurs avec une école façon Harry Potter mais à l’envers. Il faudra voir avec les numéros suivants si le récit peut se lire mois après mois ou s’il se lit mieux en recueil.

Mise à jour suite à la lecture du premier arc : Passée la très bonne présentation des personnages, l’action prend bien, prend vite et monte assez haut avec son lot de révélations et de scènes d’action qui prennent tout leur temps. Le mélange pourrait faire en sorte que l’intrigue soit super diluée et pourtant, ça n’est absolument pas le cas dans Gladstone’s School for World Conquerors dont chaque partie est un véritable délice. Si jamais vous n’êtes pas trop allergiques aux cases parfois un peu vides, vous devriez y trouver largement votre compte dans ce récit tout à fait accessible aux plus jeunes lecteurs, un petit côté sombre qui plaira aux plus âgés. Sans compter toute la matière qu’il y a à développer. Un des meilleurs titres de 2011 en catégorie "super-héros".


Pour archive, mes petits paris :

Envie de lire la suite ? Oui, le scénariste ne m’ayant pas encore déçu.
Parution de la suite ? A priori, il ne devrait pas y avoir de problème.
Parution du TPB ? Ca me semblerait logique.
Traduction en français ? Je ne pense pas. Il s’agit là de comics jeunesse humoristique sur le thème du super-héros mais pas parodique. Un genre particulier donc surtout pour du public français ...

Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com ; :

Sur Amazon.fr :