Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Witch Doctor TPB 1

Witch Doctor TPB 1

jeudi 12 avril 2012, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Brandon Seifert / Lukas Ketner)

Comment en savoir plus sur les vampires ? La réponse est simple : en capturer un et le disséquer en espérant en apprendre le plus possible avant qu’il ne disparaisse que ce soit en fumée, en masse spongieuse ou autre ... Et ça tombe bien, c’est exactement le boulot du docteur Vincent Marrow qui va étudier un specimen encore en vie de "reanimate hematophage"
en compagnie d’Eric Gast, étudiant stagiaire et de Penny Dreadful, une jeune fille un peu étrange dirons-nous. Et dès l’ouverture de la bouche
du specimen, on voit bien vite que les vampires ne sont absolument pas ceux dont on a écrit tant de romans ...

Prendre les créatures les plus extraordinaires et les plonger dans un monde aussi proche du nôtre que possible. Voilà le concept de la série établi par Brandon Seifert qui va se faire un plaisir de détourner les véritables identités des monstres que nous connaissons (ici, le vampire, la possession démoniaque, le bébé lutin et la créature aquatique) . Dès, First Incision, le one-shot ou #0, l’essai est réussi.
Placer des vampires en tant que malades ayant un sang génétiquement modifié n’est pas ce qu’il y a de plus stimulant et surtout de plus mystérieux. Y mettre un parasite bien vicelard est nettement plus fun. :) Le scénariste met donc en scène la confrontation du médecin avec la
créature qu’il étudie et cela donnera l’occasion de remplir 22 pages d’action (oui, même si le bonhomme est attaché à sa chaise) et surtout à un humour noir très prononcé, entre manifestants pour les droits des morts-vivants et scalpel quelque peu ... hors-normes.

Le scénariste mettra dans son premier recueil trois one-shots ainsi qu’un récit en deux parties. De quoi alimenter à la fois des scènes trépidantes avec des personnages qui ont pas mal de ressources mais qui vont devoir faire face à des ennemis puissants ainsi que d’autres scènes qui montrent que nos héros ont chacun un petit quelque chose de caché qui ne peut que susciter notre intérêt et qui provoque forcément un certain déséquilibre dans l’équipe, une incertitude toujours très agréable à lire puisqu’elle est source de possibles dangers.

Au départ, je n’étais pas super enchanté par le dessin de Witch Doctor, simplement parce qu’il s’agit d’un comic-book en noir & blanc et que le graphisme est assez chargé. Mais dès qu’on commence à regarder un peu plus précisément les cases, on se rend compte que le travail de Lukas Ketner est énorme. Ses personnages sont très réguliers, les visages
très expressifs (qualité nécessaire pour un comic-book qui se veut humoristique), travail sur les ombres de qualité et mise en page variée. Ajoutez donc que le trait est très précis et vous comprendrez qu’il s’agit là d’un plaisir pour l’oeil à partir du moment où vous n’avez pas peur des cases qui tachent.
En fait, le First Incision était un avant-goût de la série et le numéro a connu la colorisation tout comme les quatre autres parties qui composent ce recueil. Une colorisation qui fait bien son boulot et qui souligne à la fois le côté pointu mais aussi assez sauvage du trait de l’artiste.

Ce premier recueil de Witch Doctor est donc une bonne surprise confirmée mêlant horreur et humour. Avec un personnage bien sûr de lui et quelque peu inconscient, le titre gagne rapidement la sympathie du lecteur. Vivement la suite !

Le blog du comic-book : http://www.witchdoctorcomic.com/


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :

Sur Comixology.com : l’équivalent du recueil est à 6$

Pour mémoire : Mes petits paris lors de la parution de First Incision, le numéro 0 en noir & blanc.

Envie de lire la suite ? Oui, beaucoup.
Parution de la suite ? Avec Kirkman comme parrain après de l’auto-publication, je pense qu’on entredra reparler du Witch Doctor assez vite.
Parution du TPB ? Idem.
Traduction en français ? Du noir & blanc, ça n’est jamais facile à placer et le titre est fun, très fun mais pas forcément incontournable.

Messages