Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > Atomic Robo > Atomic Robo TPB 5 : Deadly Art of Science

Atomic Robo TPB 5 : Deadly Art of Science

mardi 2 août 2011, par Mathieu Doublet

(Red 5 / Brian Clevinger / Scott Weneger)

Ce livre reprend les cinq parties de la mini-série.


Jack Tarot est un "héros" qui traque les bandits en compagnie de sa fille qui lui sert de guide, bien protégée dans leur QG. Ces derniers poursuivent des bandits de seconde zone qui ont changé de cible : en effet, ces derniers commencent à dérober des objets qui ne serviraient qu’à des scientifiques, ou bien des savants fous. Alors que leur enquête déménage de Chicago à New York, Jack Tarot croise la route d’un jeune Atomic Robo qui rêve d’aventure avec un grand A et qui est encore trop couvé par son inventeur, Nikola Tesla. Alors quand un bonhomme est accroché à une voiture pilotée par des bandits, notre cher automate se dit qu’il s’agit d’une occasion à ne pas louper !

Ce qui est très agréable avec Atomic Robo, c’est que leurs créateurs ont les coudées franches et que les histoires arrivent quand bon leur semble, sans respecter un semblant de continuité. Ainsi, Deadly Art of Science se déroule avant toutes les aventures déjà parues. On a à faire à un Atomic Robo quasiment vierge, que Tesla envoie dans les dimensions parallèles mais auquel il interdit de franchir la porte du laboratoire. Alors si Robo clame avoir la maturité d’un homme de vingt, vingt-cinq ans, il n’est né que depuis huit ans et a le goût de l’aventure nettement prononcé, ses lectures pulps ne calmant en rien ses ardeurs.
Clevinger va donc nous montrer comment Robo va parvenir à accomplir "sa première mission", va être formé par un personnage qui n’en a absolument pas envie et va rencontrer l’amour (ou quelque chose d’approchant). Tout cela se fait avec autant de facilité et d’action, le mot d’ordre étant toujours "fun". L’occasion aussi de développer les hostilités entre Tesla et Edison et de faire évoluer le regard du héros envers son créateur.

Rien à dire de particulier, Scott Weneger assure avec les mêmes forces et les mêmes faiblesses. A noter tout de même qu’il se charge de la totalité des épisodes alors qu’il y avait par le passé des back-ups dans certains numéros laissées aux bons soin d’autres artistes.

Deadly Art of Science reprend le récit complet en cinq parties avec peut-être moins de délires que dans les volumes précédents (il faut dire que Jack Tarot et sa fille Nightingale sont des personnages moins colorés que les employés de Tesladyne). Néanmoins, Atomic Robo demeure de grande qualité.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0