Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > IDW > Strange Science Fantasy TPB

Strange Science Fantasy TPB

dimanche 17 juillet 2011, par Mathieu Doublet

(IDW / Scott Morse)

Ce livre reprend les numéros 1 à 6 de la mini-série.

Le moment : bientôt. L’endroit : l’asphalt. La course automobile n’est plus un sport honorable avec une structure commerciale avantageuse, non, c’est devenu une arène où la survie est devenue la question essentielle. Et quand les adversaires du leader des coureurs se permettent de lui envoyer leur voiture en pleine tête, il est temps pour les mécanos adeptent d’alchimie de faire leur boulot et de créer : le Phare. Une lumière qui va remettre ce monde post-apocalyptique sur la bonne route et séparer le bon grain de l’ivraie à grands coups de rayons destructeurs en espérant qu’au bout du chemin, une autre souce de joie se profile ...

Le Phare est le premier personnage que Scott Morse va mettre en scène dans cette anthologie de genre qui reprend par son titre, toutes les revues non-superhéroïques, où le rêve cotoyait la folie des grandeurs dans des cadres menaçants où l’homme se trouvait le plus souvent en danger. L’auteur-animateur ira donc du côté du récit post-apo, de la fantasy orientalo-kirbesque, du polar cinématographique, du récit de guerre science-fictionnesque et du récit relativement horrifique où des grands pouvoirs apportent surtout de grands emmerdements. Et si vous n’aviez pas encore compris que Scott Morse était en plein trip révérencieux envers ses illustrés de jeunesse, il finit son bouquin par un chapitre regroupant tous ses personnages et parlant du principe de création dans un grand élan meta-bandedessinesque, bien entendu sous la forme d’un récit d’aventure à la Indiana Jones.

Le côté animateur de Morse se révèlera dans la composition des planches qui sont toutes construites avec trois cases en format cinémascope (ou presque) et une bande son en dessous qui est en fait un texte de voix-off. j’ai trouvé ça finalement plus difficile à lire qu’une bande dessinée classique et pourtant, si on prend les premières bandes dessinées (Le Sapeur Camembert), c’est bien le format utilisé. Je crois que la difficulté que j’ai rencontrée était dans la séparation texte / image qui m’a demandé un effort supplémentaire pour comprendre les deux et les faire rencontrer. Ceci étant, la difficulté est valorisée par l’ambiance de la voix-off comme si un épisode de Twilight Zone était entièrement décrit par Rod Serling.
Mais parlons image, pour ceux qui ne connaissent pas Scott Morse (rhôôôô, ça n’est pourtant pas la première fois que j’en parle), les cases sont un mélange de trait à l’encre souvent assez épais avec lesquels se rajoutent des détails pour composer une image plus précise, c’est à la fois un style très relâché qui vient du croquis et à la fois un style très percutant. Viennent se rajouter des couleurs rappelant l’aquarelle dont le travail donne beaucoup de profondeur aux cases et ajoutent les effets spéciaux (pyrotechniques et autres) nécessaires.

Strange Science Fantasy (avec son ambiguité en fin de bouquin, je vous laisse découvrir) est un grand cri d’amour aux récits de genre mené avec force et entrain. Paul Pope réalise quelques planches "back-ups" qui, si elles sont appréciables, ne constituent pas un élément majeur dans la composition du livre. A découvrir même si le prix est un poil élevé pour un TPB souple.


Pour acheter ce livre : (notez que vous pouvez feuilleter le bouquin sur les sites Amazon et qu’il y a de quoi regarder)

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr : (déjà plus nettement plus intéressant en Marketplace)