La tanière du Sgt Pépère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 6 mars 2008

Troisième folie - le premier achat innocent

Là voilà la toute première planche que j'ai achetée. C'était vendu par un utilisateur de Superpouvoir. C'était du Gary Frank sur du Gen13 donc grosso modo, la période que j'ai préférée sur le titre. En plus, on a quand même John Lynch et Caitlin Fairchild qui sont deux personnages importants. Alors OK, Fairchild n'est pas en tenue, mais ça n'est absolument pas ce que je cherche à tout prix (vous le verrez quand je posterai mes planches de Renato Guedes ... oui, c'est du teasing. ;) )

Ah oui, c'était un achat innocent parce que cette planche fait partie de celles que j'ai payées le moins cher. Je crois me souvenir d'un prix avoisinant les 60 euros, ce qui est donné quand on voit les prix actuels des dessinateurs à la mode.

Au fait, suite au spam, les commentaires sont bloqués sur tous les billets. Toutes mes excuses en attendant que je cherche un dispositif anti-spam pour Dotclear (je ne me suis pas encore mis à la tâche).

Lire la suite

mardi 19 février 2008

Drawing Blood (1999)

réalisé par Sergio Lapel avec Dawn Spinella, Kirk Wilson, Leo Otero, Eric Smith, ...

Diana est une vampire qui cherche des jeunes femmes comme modèle pour ses peintures et qui les croque (ouh le jeu de mots !) en prenant soin de prendre leur sang comme boisson et comme peinture. Elle a trouvé un assistant en la personne d'Edmond. Le jeune homme voulait être artiste et pensait que Diana serait mon mentor. En réalité, elle couche avec lui et quand celui-ci lui annonce qu'il ne veut pas être un suceur de sang, elle décide de le menacer: soit il fait exactement ce qu'elle lui ordonne ou bien elle le transforme en vampire.

Edmond amène donc des jeunes femmes soi disant abandonnées et récupère les corps que Diana a chez elle. Il dit qu'il brûle les corps pourtant on a l'impression en regardant le film, qu'il les enterre. Peut-être fait-il les deux. Diana a son exposition dans deux jours et il lui manque un tableau. Ce qui signifie pour Edmond de lui ramener une dernière victime. Bien entendu, c'est à ce moment qu'Edmond a des remords et qu'il s'éprend pour une jeune prostituée. Il tente tant bien que mal de protéger cette fille et de tuer la vampire et réussira avec le concours de son père grabataire.

Drawing Blood est un film estampillé Troma. Mais dans la catégorie "films diffusés par Troma" et donc sans la patte de la boîte de Lloyd Kaufman et Michael Hertz. A ce petit jeu, c'est la vraie loterie. On peut trouvé des petits bijous comme Rabid Grannies ou Mother's Day ou bien de sombres nazeries comme Surf Nazis Must Die ou Maniac Nurses Find Ecstasy. C'est dans ce rayon que se situe Drawing Blood. Tout d'abord pour les qualités techniques: la copie du DVD est une copie de copie de VHS donc superbement floue et aux contrastes mal réglés. La copie n'est pas la seule en cause et la réalisation est aussi désastreuse sur ce plan. Ne parlons pas du son, dont des bruitages absolument débiles (sucer le sang et mordre dans le cou, ça fait visiblement comme quelqu'un qui marche sur des os) et une bande son très arty (entre les petits bruits qui reviennent régulièrement et qui font penser à un bug de production de plus et la musique new jazz jouée visiblement avec les pieds) achèvent la note.

Le scénario est au même niveau: c'est la vampire qui va dire au héros comment tuer un vampire (parce que le jour, la lumière, les pieux et l'ail, ça ne fonctionne pas). Elle n'est absoluement pas obligée de révéler qu'il faut un vampire pour tuer un autre vampire mais bon quand le héros vient pour la zigouiller et échoue, il faut visiblement qu'elle lui donne quelques indices. La solution ne viendra pas du pote du héros qui est un taré qui mord jusqu'au sang toutes les prostituées qu'il loue mais de son père qui se fera mordre par la vampire et qui devra tuer un clodo pour devenir lui-même vampire. Le film ne montre pas l'ironie du héros qui pour se débarasser de l'artiste vampire, transforme son père en vampire et sera donc plus ou moins obligé de le nourrir.

Pas la peine d'espérer que le jeu des acteurs sauve l'affaire, c'est plutôt le contraire. Et la VF est complètement catastrophique (le DVD proposait aussi une VO non sous-titrée - quel intérêt ? - mais j'ai eu la flemme d'essayer de comprendre ce qui se disait.) Bref, présenté comme ça, ça sent le bon nanar des familles. Mais le rythme tue tout et à moins d'être attablé avec des potes en train de faire autre chose et de boire un bon pack de bière (à consommer avec modération bien sûr sauf si votre plan est uniquement de regarder ce film), c'est l'ennui asusré. Il y a bien quelques filles nues mais ça ne remonte pas le niveau du film.

Les scènes coupées apporte un peu plus de nichons, le storyboard pas grand chose et les deu courts-métrages de Troma France auraient pu être sympas si on pouvait les regarder. Malheureusement, le DVD des "Editions du film retrouvé" et vendu en kiosque, est complètement foiré. Donc pas de courts ... Dommage.

Ah oui, j'ai effectivement regardé le film en accéléré. Et visiblement, je n'ai pas été le seul à en lire cette chronique: http://www.horreur.com/critique-542-drawing-blood.html

Et pour le DVD défectueux, je n'ai visiblement pas eu de chance.

Avez vous remarqué qu'on a droit à des cahpitres et non des chapitres ?

On ne peut plus lisible comme image. ;)

Mais que ne c'est ces arrondis dans les coins ?

Une vampire jolie.

Une vampire moins jolie avec les yeux qui s'allument et des dents pointues pour qu'on comprenne.

vendredi 15 février 2008

Personnages aléatoires

Tout le monde dessine et poste ses créations, alors pourquoi pas moi ? ;)

C'est pas terrible je sais mais ça me plait. Pourquoi 'aléatoires" ? Parce que ces personnages viennent de lignes jetées complètement au hasard. Je les choisis ensuite et voilà le résultat.

jeudi 14 février 2008

Seconde folie - là par quoi tout a commencé

... les visites de sites à la recherche de planches de comics originales, les séances de baves devant des planches sublimes, les cas de conscience quant à acheter ces planches (est-ce que je suis si fan du dessinateur ? est-ce que j'aime vraiment ce comic-book ? est-ce que cette page est importante dans le bouquin ? ...) et finalement, le sacrifice du porte-monnaie sur l'autel de la passion.

Lire la suite

mercredi 13 février 2008

Première folie

Bah, en fait ça n'était pas réellement la première puisqu'avant ce bouquin, j'avais déjà commandé un The Maxx dessiné par Kyle Baker pour une série de cartes à collectionner.

Lire la suite

mardi 12 février 2008

Poutevoï Obhodtchik (2007)

Conditions de visionnage: DVD - VO russe sous-titrée anglais

Les vieux cauchemars ont un nouveau visage.

Tout commence par deux bandits qui veulent monter un coup "comme il ne s'en présentera plus jamais dans leur vie". Le plan est de braquer une banque à l'aide de deux amis et ensuite de se tirer par le biais d'un réseau de voies désaffectées du métro moscovite. Sauf que le plan prend une sale tournure quand l'un des deux braqueurs auteurs du plan flingue deux policiers. Branle-bas de combat et voilà notre quatre malfrats, un flic et deux employées de la banque dans les souterrains.

Des bruits étranges font leur apparition et une vieille légende urbaine ressurgit: des médecins auraient récupéré des malades de l'explosion de Tchernobyl et les auraient abandonnés par la suite quand ils n'eurent plus d'argent. Presque tous moururent, sauf un. Et ça tombe bien, il est là avec son masque, ses lunettes de soudeur, sa silhouette on ne peut plus massive et une belle pioche qui fait correctement son travail. Notre mauvaise troupe va rapidement se rendre compte en plus qu'il apparaît et disparaît comme bon lui semble et qu'il est quasi-invulnérable.

J'ai d'abord pris ce film parce qu'il était dans le domaine de l'horrifique et qu'il avait, comble du bonheur, des sous-titres en anglais. Au final, le résultat n'est pas si mauvais que ça surtout en comparaison d'une bouse comme La malédiction de la pyramide, dernier film de genre russe que j'ai pu voir.

Au crédit du film, une bande-son et une image bien crasseuses. Le plus fort étant que les décors n'ont visiblement pas eu besoin d'être beaucoup travaillé et sont donc "naturels" (ça ferait presque plus peur que le film en lui-même). Sa durée aussi puisqu'il ne dure que 1h20.

Et c'est tant mieux car malgré sa courte durée, il ne se passe pas grand chose. Les survivants veulent survivre et le méchant charcle chacun à son tour. Le problème est que, malgré une scène en fin de film (avec les deux derniers rescapés du massacre et le tueur), le principe de l'aiguillage n'est absolument pas mis en avant. Du coup, l'impression claustrophobe est bien là mais le tueur aurait pu être bien plus manipulateur.

Pour le reste, on retrouve beaucoup d'éléments de films horrifiques dont un lieu enfermé à la Descent (même si cette donnée n'est réellement exploitée que pendant un court instant), un style à la Silent Hill (même si l'image aurait gagné à être plus sale) et un tueur qui collectionne les yeux à la Jeepers Creepers. Alors forcément, vu le genre, les persos deviennent rapidement hystériques et ces scènes sont nombreuses, ce que j'ai trouvé pénible mais qui est inhérent au genre du "survival".

Bref, ce Trackman (le titre en anglais) n'est pas un mauvais film et montre en tout cas un certain savoir-faire technique. Dommage que le scénario manque clairement d'inventivité. Le film devient du coup assez passe-partout surtout pour un slasher complètement irréaliste (parce que le tueur n'est pas un monstre de Tchernobyl qui se téléporte, même pas - ç'aurait été carrément plus drôle).

Clin d'oeil que j'ai bien aimé: j'ai reconnu un restau chinois dans un des plans de fin et j'ai donc compris que le film avait été tourné à côté de chez moi. ;)

Ma radio

Faudra que je voie comment intégrer ça dans la page en elle-même et pas comme un billet.

Lire la suite

lundi 4 février 2008

La fatigue du solidaire

Critiquant encore le refus des villes de gauche de participer à l'expérimentation, "par idéologie" selon lui, il a promis que "la prochaine fois, dans l'année qui vient ou dans les deux ans qui viennent, tout le monde fera le service minimum".

Voilà ce qu'on peut lire dans un article en ligne du Monde reprenant les propos de M. Darcos, ministre de l'Education Nationale.

Lire la suite

vendredi 11 janvier 2008

"Meilleurs voeux pour l'année 2008" ?

L'idée sotte m'est venue d'expliquer aux élèves pourquoi on disait 'Bonne année' ou encore 'Meilleurs voeux' en cette période de l'année et au final, je me suis rendu compte de la vacuité de ces mots.

Lire la suite

jeudi 13 décembre 2007

Dédicaces

A la fin du mois de novembre, trois auteurs de comics sont venus à l'excellent librairie La cour des miracles (En haut de la Rue Froide à Caen): Teddy Kristiansen, Ashley Wood et Ben Templesmith. Bien que je n'ai pas pu venir à la dédicace (puisqu'étant toujours à Moscou), j'ai tout de même réussi à dégotter ces deux dessins.

Lire la suite

samedi 10 novembre 2007

Spider-babe (2003) de Johnny Crash

Fiche IMDB (incomplète en plus)

Lire la suite

vendredi 9 novembre 2007

Souhaits

Ben oui, sur le même site qu'hier, je n'avais pas vu qu'il y avait un autre test. ;)

Lire la suite

jeudi 8 novembre 2007

Mon ADN Visuel - LOL

Vu sur Gameone, un de ces célèbres tests à la noix. Et en voici le résultat plutôt fidèle étrangement. Les commentaires doivent être écrit pour passer partout.

Lire la suite

mercredi 7 novembre 2007

Allez un peu de frime en ces temps de dédicaces de Lille

J'aime beaucoup Kyle Baker. Et j'aime beaucoup The Maxx. Alors quand l'un dessine l'autre, je suis tout content. Donc voilà une des mes acquisitions 'pétage de plomb qui fait quand même plaisir'.

lundi 5 novembre 2007

Playmate of the Apes (2002) de John Bacchus

Trois femmes astronautes (ou ass-tronauts comme il est dit dans le film) se retrouvent sur la planète des singes. Les dits singes pensent que les humains n'ont pas d'âme car ils ne savent pas danser. Les nouvelles arrivantes vont leur prouver le contraire. Mais les singes manipulent l'info puisqu'une des astronautes va se faire retirer une partie du cerveau pour paraître idiote (franchement, en la laissant parler, ça donnait la même chose). L'héroïne va se retrouver séparée de ses amies et, aidée par deux singes qui veulent la réconciliation entre singes et humains, va réparer son vaisseau à l'aide de chewing-gum et de morve. Pour se retrouver sur la planète des poules.

Lire la suite